×
Accueil > UG Zapping > UG Zapping n° 13
 

UG Zapping


par Claude Bronner

UG Zapping n° 13

Publié le : 14 novembre 2009

Espace Généraliste

11 NOVEMBRE 2009....N° 13

SPECIAL VACCINATION GRIPPALE


CHANGER
LA DONNE ? Le 1er mai, lettre ouverte Union Généraliste à Mme Bachelot pour lui dire qu'elle allait redécouvrir la médecine générale. La conclusion de la lettre était celle-ci : "Les médecins généralistes ne veulent pas disparaître. Cette épidémie va démontrer leur nécessité vitale. Vous avez une occasion de valoriser la médecine générale." Plusieurs fois, par exemple dans le Zapping N°08 du 26 août, nous avons fait remarquer (et à l'époque nous étions bien seuls) que la vaccination H1N1v était possible dans les cabinets médicaux. Au 11 novembre, après avoir tout fait pour montrer à quel point on n'a pas besoin des généralistes (tout en passant la pommade qu'il faut), ils ont découverts qu'il allait falloir réquisitionner les non volontaires...et donner encore plus de force à l'écœurement ambiant des généralistes qui se consolent en se disant qu'ils ne sont pas seuls (les infirmières sont logées à la même enseigne). La lettre de Galilée N° 98 en parle très bien (Pourquoi cette ligne Maginot?).

CONSEILS GRATUITS En experts autoproclamés, nous nous en donnons à coeur joie. Si on n'a pas la vérité sur la pertinence de la vaccination, on sait par contre ce qui peut-être fait par un généraliste. Que fallait il faire ? Acheter des vaccins (un peu moins certes), prévoir une vaccination de masse en cas de besoin, mais mettre aussi une bonne partie de la vaccination entre les mains des généralistes et des infirmières libéraux, pour leurs patients. On sait s'organiser pour ne pas gâcher, pour ne pas laisser chauffer les vaccins et pour assurer une traçabilité. Comment faire ? On ne nous a jamais demandé, parce que les experts, les vrais, ceux du ministère de la santé et du ministère de l'intérieur savaient. On est toujours à leur disposition si un soupçon de modestie devait les effleurer. Quand on lit l'analyse de Didier Houssin le 6/11 dans le Quotidien du Médecin, répondant à une demande des Unions pour aller dans le même sens, on a toutefois des doutes. Et ce n'est pas faute de l'avoir dit et écrit, en particulier pour tous les patients immobilisés à domicile.

RECOMMANDATIONS OFFICIELLES le HCSP (Haut Conseil pour la Santé Publique, instance médico-scientifique) livre ses recommandations actualisées. A noter, l'analyse INVS de l'épidémie depuis le début de l'année. En gros on vaccine tous les patients à risque de plus de 6 mois, dont les femmes enceintes à partir du second trimestre. Et ce pour réduire les risques de forme grave et de décès. Ensuite, on vaccine tout le monde pour éviter la transmission (seul motif pour les jeunes de 2 à 18 ans) et les complications et décès pour tous les autres. A noter que le vaccin sans adjuvant est le seul admis pour les patients atteints de maladies systémiques alors que, recommandé pour les femmes enceintes, le HCSP suggère d'utiliser le vaccin avec adjuvant chez elles s'il n'y en a pas d'autre.

VACCINER ? NE PAS VACCINER ? Si la réponse était simple, ça se saurait. C'est bien parce qu'il n'est pas question d'être pour ou contre que c'est complexe. Pour le moment, la grippe A présente une faible mortalité par rapport à la saisonnière, mais mortalité quand même, atteinte plutôt des jeunes que des plus âgés (alors qu'ils sont par définition les plus fragile). Donc risque existant mais faible. Coté vaccin, risque théorique double : moindre efficacité de l'immunisation (en prévision des années à venir) versus immunisation naturelle, doute théorique sur les adjuvants. Sans compter les conflits d'intérêts tous azimuth des infectiologues aux politiques, difficulté des deux doses, problème des convocations et déplacements pour se vacciner. Chacun décide et juge pour chacun de ses patients, pour lui même et ses proches du bénéfice risque des deux choix. Comme souvent en médecine, aucune certitude n'est acquise et le doute est de rigueur. Au lieu d'avoir ce débat (ce qui fait d'ailleurs peur à certains) au cabinet médical, il a lieu dans les médias parce qu'on n'a pas su le mettre au bon endroit.

REQUISITIONNE QUE FAIRE ? Le 10 novembre, apprenant la réquisition non seulement des volontaires, ce qui était prévu, mais aussi et dès le premier jour de non volontaires, Union Généraliste a publié un communiqué qui annonce le combat contre des réquisitions inutiles très discutables au plan de la rédaction (Calvados, Seine Saint-Denis, Nord Pas de Calais). Et dans certaines régions, en association avec d'autres syndicats (MG France en l'occurrence), des référés anti-réquisition ont été déposés. Le syndicat et sa cellule juridique sont au service de ceux qui ont envie de résister, même en refusant les réquisitions. Mais il faut évidemment prendre contact dès réception de la réquisition en cliquant ici ou en téléphonant au 0810 400 492.

GUERILLA ANTI-REQUISITIONS Quant aux autres non volontaires, quoi de plus simple que de traîner des pieds pour la réquisition : on peut arriver en retard, on peut être grippé, on peut être fatigué, on peut être tatillon (d'autant plus que les analyses juridiques montrent que les fabricants sont bien mieux protégés que les médecins qui posent l'indication), on peut avoir des réticences scientifiques. Pour être tatillon, outre l'interrogatoire poussé, on doit vérifier la fièvre, s'inquiéter d'un état de grossesse méconnu, rechercher des ganglions...N'oubliez pas de dire que ce sont des vaccins plus douloureux que la plupart des autres. Tous ces points, si naturels et somme toute assez faciles dans nos cabinets, sont bien plus délicats pour traiter à la file des personnes totalement inconnues. Parfois, vous pourrez faire comme les médecins conseils : "Avis technique impossible" ! Enfin, il sera toujours utile de faire remarquer au patient que non seulement on lui demande de signer un papier comme quoi il a bien compris tous les ennuis que son civisme peut lui amener, mais qu'en plus, on oblige un non volontaire à s'occuper de lui. Un truc supplémentaire à signer ? Du genre : "Je soussigné Mr Jenaipeurderien ait été interrogé et examiné par le Dr Jean Aymar-Devoconry au Centre Capiquedepartout, NON volontaire ET réquisitionné pour ce travail. Je veux être vacciné en connaissance de cause, sous ma responsabilité, et m’engage à ne pas poursuivre le Dr Jean Aymar-Devoconry en cas de survenue d'effets secondaires imputables à la vaccination".

Cet UG Zapping est rédigé par le docteur Claude Bronner, co-président d'Union Généraliste. Il est envoyé à tous les médecins et à d'autres partenaires dont nous avons l'adresse de courriel. Notre annuaire est déclaré à la CNIL. Si vous ne voulez plus le recevoir, écrivez à dr.cbronner@wanadoo.fr . Union Généraliste est un nouveau syndicat de médecins généralistes qui réunit les syndicats Espace Généraliste et FMF Gé. Il est affilié à la FMF (Fédération des Médecins de France). Les statuts sont déposés, les bureaux et comité directeur constitués par fusion des deux structures . Le site d'Union Généraliste est actif sur http://www.uniongeneraliste.org/. Pour le passé, on peut toujours se reporter sur les sites des deux entités constituantes, Espace Généraliste et la FMF Gé.

GRIPPES ET ALERTES N'hésitez pas à consulter les différents bulletins et tracés : INVS, GROG , voire Google . Cette semaine, le Grog nous dit que l'épidémie est stable et que la part des prélèvements positif est en légère augmentation : 60% des grippés cliniques prélevés sont positifs à H1N1V, mais aussi 40% des atteints ORL peu fébriles ou sans courbatures. Bref, la grippe remplace nettement les autres virus. Les plus de 64 ans semblent toujours assez protégés. Reprenons pour les curieux les différents diaporamas qui permettent de réviser : vous entrouvrez 4 réunis sur cette page. Il y a un Grippe actualité 7 novembre 2009 utilisé lors de la Journée des Amicales de médecins Paris Rive Gauche. Rédigé par Jean Marie Cohen, c'est celui qu'il faut regarder si vous n'en regardez qu'un. Vaccin H1N1 au 07 novembre 2009 par le Dr Odile Launay Cochin Il y a aussi celui de la fédération française d'infectiologie et celui de celle de pneumologie..

UNION REUNION l'Union Régionale des Médecins Libéraux de la Réunion a pris une position tranchée. La situation est simple à la Réunion : épidémie terminée, mais circulation persistante du virus et comme en métropole, battage pour une vaccination que les médecins locaux trouvent discutable. Ils n'ont pas hésité à rédiger une prise de position sous forme de communiqué et de dossier de presse. Ils précisent bien évidemment que ce qui leur pose problème n'est pas la vaccination, mais bien la vaccination de masse en critiquant au passage le gachis humain et financier du dispositif.

VACCINS A VENDRE A lire sans modération, une petite analyse du blog Flahaut et Nau sur la gestion de notre stock de vaccins surdimensionné. A force d'attendre pour revendre des vaccins qui à l'évidence ne trouveront pas tous preneurs dans notre pays (ne serait ce que parce qu'un seul sera suffisant), le gouvernement va passer à côté d'une bonne affaire.

REQUISITONS OBLIGATOIRES ? L'argument était tout trouvé : on va réquisitionner les volontaires (et promis-juré, eux seuls) parce qu'ils seront ainsi protégés. Tout ça est du pipeau : un régulateur de centre 15 libéral n'est pas réquisitionné, et bénéficie pourtant du statut de collaborateur occasionnel du service public. Par contre, cette entourloupe permet de mettre dans le même sac les volontaires et non-volontaires puisque le peu d'empressement des médecins à se porter volontaires semble rendre la contrainte obligatoire. L'attitude des préfets réquisitionneurs montre qu'on a affaire à un mensonge sur toute la ligne. On exige du médecin qu'il quitte son cabinet toutes affaires cessantes sans se préoccuper de son planning. Là encore, selon le cas, le juge pourrait trouver le préfet culotté et le médecin sera bien inspiré de mettre sur son répondeur "en cas d'urgence, veuillez joindre monsieur le Préfetqui a réquisitionné votre médecin pour aller faire de la figuration dans un centre de vaccination pour la grippe pandémique".

FICHIER SECU Les lettres de madame Lacaisse (qui ne fait que répondre à la commande gouvernementale) partent chez les patients en fonction de leurs pathologies. Des millions de lettres qui arrivent dans les boites en tenant compte des pathologies des patients, est ce raisonnable ? Est ce le rôle de l'assureur qui est également le contrôleur ? Intéressante contribution sur le sujet sur le blog du Monde.

AUTRES PAYS Tour de la francophonie sur France Inter le samedi 5 novembre : les belges la jouent en belges et respectent leurs médecins, la vaccination démarre dans les cabinets; les suisses ont trop de vaccins; au Canada, panique à bord après quelques soubresauts médiatiques et en Afrique de l'Ouest on s'en fout, ce n'est pas le sujet, il faut des infrastructures sanitaires et le palu est une vraie préoccupation...

MANCHES RELEVEES "Ces personnes devront se munir du bon Assurance Maladie qu’elles auront préalablement reçu par la Poste et d’une pièce d’identité. Il est recommandé de venir avec une tenue permettant de relever facilement les manches pour faciliter la vaccination." Ainsi sont rédigées les consignes reçues de la DDASS expliquant le process de vaccination. L'administration a tenu absolument à ce que tout se passe "administrativement". Pas de vaccination des volontaires sans bons (on se demande pourquoi), ce qui aurait bien facilité les choses : vu l'enthousiasme des populations, il auarait été bien utile de laisser la foule des pressés de se faire vacciner s'agglutiner dans les centres. C'est ce qui s'est passé aux États-Unis où le vaccin nasal, combiné à une offre (payante) jusque dans les supermarchés a créé la pénurie de vaccins !

LE COIN DU CARABIN Il sera aussi spécial grippe avec quelques rappels et une nouveauté : les anti-vaccination s'en donnent évidemment à cœur-joie dans cette cacophonie et le détournement de films (ici La Chute) peut donner des résultats assez réjouissants, qui n'ont leur place que dans le coin du carabin

Les classiques

La bonne vieille chanson Tamiflu pour ceux qui ne l'on pas encore écoutée

Le mouchage dans le coude.

Je pense aux copains, je me lave les mains, je pense aux copines...

Le dégrippant et la protection bricolée



Dr Claude BRONNER

06 07 88 18 74

dr.cbronner@wanadoo.fr

 

 



La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale