×
Accueil > UG Zapping > UG Zapping n° 17
 

UG Zapping


par Claude Bronner

UG Zapping n° 17

Publié le : 10 janvier 2010
Espace Généraliste

10 JANVIER 2010....N° 17
80 MILLION DE VACCINS A ECOULER !

ON N'ECOULERA PAS LE STOCK ! Voilà, c'est parti, à partir du 12 janvier 2010, la vaccination en ville est possible. Ce sera à chaque médecin de décider de son attitude et de faire son travail de médecin : dialogue avec le patient, décision commune, action au mieux des intérêts du patients (et un peu du médecin aussi). Mais on en est désolé pour nos dirigeants politiques (car il n'y a pas que Roselyne Bachelot qui a décidé), on ne va pas écouler les millions de vaccins commandés et payés. Parce que les médecins ne sont pas tous convaincus de l'intérêt de se vacciner (tous les patients non plus), parce que beaucoup se disent que le prochain vaccin saisonnier sera plus sympa, parce que la vague du printemps n'est pas certaine du tout, (mais pas exclue non plus). Mais ça va vacciner quand même plus confortablement et moins cher que dans les vaccinodromes. Découvrez les modalités pratiques dans ce zapping.

ENQUETE GRIPPE D'abord, l'opinion des médecins : Union Généraliste a réalisé une enquête entre le 6 et le 9 janvier sur la vaccination en ville. Comme toujours, nous mettons l'exhaustivité des résultats et surtout des commentaires en téléchargement (78 pages). Jetez au minimum un oeil sur la page des résultats : 1701 réponses. Plus de la moitié ont fait des commentaires généraux (29 pages). 56,8% sont vaccinés et 37,7% ne se vaccineront pas. 21,5% pensent qu'il vaut mieux arrêter la vaccination et attendre le prochain vaccin saisonnier et un nombre équivalent (23,7%) pense qu'il vaut mieux vacciner de crainte d'une nouvelle vague. 36% vaccineront ceux qui le demandent et 7,5% ont de grands doutes sur l'intérêt tout court de la vaccination grippale. 61% sont prêts à vacciner, même en cherchant les vaccins dans les centres dans le cadre de leur activité normale. 50% disent qu'ils n'organiseront pas de séances spécifiques de vaccination, 38% le feront peut-être.

CALCULS BÊTES ET MECHANTS Entre les vaccins commandés à presque 900 millions, l'organisation et la rémunération des vaccinodromes, la mobilisation de l'appareil d'état, le chauffage des gymnases, les équipes mobiles, la publicité et on en oublie...la plaisanterie coûtera au final entre entre 1,5 et 2,5 milliards d'euros soit 3 Plans Cancer. Pour l'instant, ça nous mets le vaccin réalisé à environ 400 euros (2 milliards/5 M = 400 € ) ! Le chiffre ne peut que baisser avec l'entrée en lice des généralistes : coût de vaccination maximal de 40 euros (prix du vaccin + visite spécifique) et coût minimal de la valeur du vaccin si elle a lieu pendant une consultation de routine pour un autre motif, comme c’est souvent le cas.

PETITION GENERALISTES La pétition continue à circuler et se signe sur Internet (http://www.petition-medecin.org/). Elle a pour premier objectif de montrer que les généralistes sont nombreux à en avoir assez, n'hésitent pas à l'exprimer et souhaitent une année 2010 de rupture. Avec un petit effort des uns et des autres, elle va dépasser 5000 signataires (même en tenant compte des doublons). Les signataires apparaissent de manière aléatoire sur la page (faites "rechercher" pour retrouver des noms). Si vous ne l'avez pas encore signée, merci de le faire immédiatement en cliquant ici. Le deuxième objectif est de recueillir le ressenti des signataires et de le transmettre. On est à 1469 commentaires (115 pages !).

Cet UG Zapping est rédigé par le docteur Claude Bronner, co-président d'Union Généraliste. Il est envoyé à tous les médecins et à d'autres partenaires dont nous avons l'adresse de courriel. Notre annuaire est déclaré à la CNIL. Si vous ne voulez plus le recevoir, écrivez à dr.cbronner@wanadoo.fr . Union Généraliste est issu de la fusion des syndicats Espace Généraliste et FMF Gé. Il est affilié à la FMF (Fédération des Médecins de France). Les statuts sont déposés, les bureaux et comité directeur constitués par fusion des deux structures . Le site d'Union Généraliste est actif sur http://www.uniongeneraliste.org/. Pour le passé, on peut encore se reporter sur les sites des deux entités constituantes, Espace Généraliste et la FMF Gé. La revue de presse d'Union Généraliste se lit sur un fichier http://www.uniongeneraliste.org/revue-de-presse/revue-de-presse-du-09-01-2010.html.

GRIPPES ET ALERTES La grippe laisse la place à d'autres pathologies comme le montrent les cartes du réseau sentinelle, le Grog signale décrue et disparités. Le responsable de la subcommission Santé du Conseil de l'Europe, Wolfgang Woodart (député allemand SPD) explique comment le lobbying de l'industrie pharmaceutique a pu emballer la machine à décision. Le site de Jacques Desbarbieux est finalement un des plus pertinents pour suivre au jour le jour. La vaccination passe en ville et 60% de généralistes se disent prêts à vacciner les patients qui le demanderont. On n'a pas fini de discuter das nos cabinets ! Une chouette interview de médecin résume assez bien la situation !

REVUE DE PRESSE Union Généraliste vous rappelle sa revue de presse. Vous la trouvez avec ce lien http://www.uniongeneraliste.org/revue-de-presse/revue-de-presse-du-09-12-2009.html en mettant la date à jour.

VACCINATION AU CABINET Il a fallu 6 mois pour se rendre compte que la vaccination chez le médecin généraliste et les pédiatres (en fait, n'importe quel médecin peut vacciner) est la bonne solution. Pour les curieux, il suffit de relire les communiqués d'Union Généraliste et les UG Zapping pour refaire l'historique. En pratique, une circulaire (projet) aux préfets donne le cadre : soit vaccination dans l'activité normale, soit organisation de séances spéciales avec facturation des vaccins à 6,60 €. Pour l'instant, le circuit exact et les modalités de récupération des 6,60 € n'est pas déterminé. Comme d'habitude, on a annoncé sans avoir réglé les problèmes d'intendance. Mais ceux qui réussiront à se procurer des boites de vaccins dans les centres à partir du mardi 12 janvier pourront vacciner leurs patients.

QUELS VACCINS EN PRATIQUE ? Il faut chercher les vaccins dans les Centres. Le ministère promet du déplacement en pharmacie, mais ce n'est pas fait. Chaque préfet organisera son département pour informer les médecins des modalités de distribution des vaccins. Si vous avez obtenu l'information "où, comment et quand" chercher vos vaccins, vous pouvez chercher jusqu'à 20 doses de Focetria conditionnés en boites de 10 vaccins unidoses (qui se conservent donc entre 2 et 8° sans limite) et 2 Flacons de 10 doses à prélever (ça se conserve 7 jours une fois ouvert) de Panenza (sans adjuvant, mais avec Thiomersal). Donc 40 doses maximum. En retournant au Centre avec vos bons, vous pourrez vous réapprovisionner. Vous pouvez envoyer secrétaire ou patient (un papy qui a le temps et veut rendre service) à condition de leur remettre votre carte professionnelle et une ordonnance précisant vos besoins. Voir détails de la fiche "L’approvisionnement des médecins libéraux en vaccins contre la grippe A(H1N1)".

CONDITIONS TECHNIQUES C'est une vaccination standard. La fiche "Sécurité de la vaccination contre la grippe A(H1N1) en cabinet" rappelle les incontournables : respecter la chaîne du froid, utiliser le bon vaccin et la bonne procédure, rédiger un certificat de vaccination et le bon pour la traçabilité, éliminer proprement les déchets, déclarer les effets indésirables et surtout être équipé pour traiter un choc anaphylactique. L'ensemble des pépins possibles immédiatement sont recensés sur une fiche du ministère. Pour le choc anaphylactique, elle rappelle qu'il faut un téléphone pour appeler le 15, du Salbutamol en spray pour les difficultés respiratoires, de l'Adrénaline à portée de main (Anapen qui est le plus pratique ou alors Adrénaline à 1mg (dans 1 ml), à diluer dans 9 cc de physio pour injecter 5 cc à la fois. Injection dans la face antérieure du quadriceps). Profitez en pour vérifiez que tout ça est à portée de main. Des solutés de remplissage si le SMUR est un peu loin.

GRIPPE ET PAPERASSE Pour vacciner un patient, il faut un bon. Le patient vient avec son vieux bon qu'il a stocké ou il fait partie des 30 millions de français qui devraient recevoir un bon avant fin janvier et il veut discuter vaccination avec vous. C'est un C de toute façon, avec ou sans autre acte médical, avec ou sans vaccination. Si vous vaccinez, le vaccin fait partie de la consultation. Si le patient n'a pas de bon et se désespère, vous pouvez l'envoyer se faire réaliser un bon chez madame Lacaisse ou dans un centre de vaccination. Si tout va bien, après le 18 janvier vous pourrez aussi imprimer un bon sur votre imprimante en vous connectant avec votre Espace Pro Ameli (il faut CPS et Carte Vitale du patient). Si vous n'avez pas encore installé votre Espace Pro et que ça vous intéresse, contactez votre caisse. La fiche technique qui en parle s'appelle "Traçabilité de la vaccination grâce au bon CNAMTS". Il y en a une dernière "Indemnisation des éventuels effets secondaires liés à la vaccination contre la grippe A(H1N1)". Vous pouvez bien évidemment aussi dire à vos patients qui vous demandent une vaccination grippe au cours d'une consultation ou au téléphone de venir spécialement à un rendez vous spécial vaccination où vous ferez le vaccin et vous ferez payer 6,60 € par vaccin selon des modalités qui restent à préciser.

TAMIFLU AUTOMATIQUE Si vous recevez une demande d'entretien d'un médecin conseil pour aborder avec vous la prescription des antibiotiques, n'oubliez surtout pas de lui rappeler qu'avec les consignes de Tamiflu automatique que les autorités sanitaires continuent à mettre en avant, votre patience a atteint des limites difficilement supportables et que vous aimeriez bien qu'on vous fiche la paix. Le CNGE et la SFMG viennent encore de rappeler la non pertinence de ces consignes d'experts dans un communiqué énervé sur le sujet et le ministère persiste...

NOUVEL OBSERVATEUR le N°2357 du 7 au 13 janvier présente un dossier au titre accrocheur : "êtes vous payés à votre juste valeur ?" Une fois de plus, la rémunération des médecins est présentée biaisée. Qu'on en juge : le médecin a un prestige et une utilité 4 étoiles, ce qui est bien, mais en rémunération le médecin (généraliste) a 5 étoiles, devant le député et le préfet. Sauf que lorsqu'on regarde de près la manière de calculer, on parle par exemple pour l'infirmière d'un salaire de 1600 € nets mensuels et pour le médecin de 6510 € avant cotisations sociales. Ce n'est pourtant pas compliqué de rendre les choses comparables.

PLFSS ET SAGES FEMMES Il y a eu quelques confusions à propos du droit des sages-femmes à prescrire la contraception. La loi est claire : "L'exercice de la profession de sage-femme peut comporter également la réalisation de consultations de contraception et de suivi gynécologique de prévention, sous réserve que la sage-femme adresse la femme à un médecin en cas de situation pathologique." Ce qui a été retoqué par le Conseil Constitutionnel, c'est le droit de pratiquer des IVG par les Sages-Femmes parce que c'était présenté comme une expérimentation, mais sans limite temporelle (donc ce n'est pas une expérimentation). Donc, les Sages Femmes peuvent prescrire la contraception.

ECBU DU SOIR Le patient arrive le soir, labo fermé. Une bandelette urinaire dans un gobelet sec et propre suffit pour affirmer l'infection (le mirage des urines est déjà pas mal !) et c'est parti pour un traitement plutôt que d'attendre les examens du lendemain et laisser souffrir quelqu'un qui sera la plupart du temps déjà soulagé à l'heure d'ouverture du laboratoire. Tout cela est prévu dans la recommandation ad hoc de l'Afssaps sur le "diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires chez l'adulte" qu'on peut se remettre en mémoire (surtout certains tableaux de la fin du document).

LE COIN DU CARABIN C'est évidemment la vente des vaccins grippaux qui devient sujet d'humour avec une nouvelle caricature de Van Aderr, voire la principe de précaution étendu à la coupe de monde de foot. Un petit détournement de Tintin ne fera pas de mal .

Marie Jennifer commande des vaccins pour aider Roselyne Bachelot. Les sensibles qui n'aiment pas les blagues de blondes feraient mieux de ne pas regarder.

Arthur a 90 ans. Il a joué au golf tous les jours depuis sa retraite il y a 25 ans. Un jour, il rentre chez lui complètement découragé: c'est fini, dit-il à sa femme. J'abandonne le golf. Ma vue est si mauvaise... que je ne peux plus suivre la balle. Sa femme lui dit : pourquoi n'amènes-tu pas mon frère avec toi au golf et essaie une dernière fois ?. Ton frère a 103 ans ! Il ne peut pas m'aider. Il a peut-être 103 ans, mais sa vision est parfaite. Le lendemain, Arthur se rend au terrain de golf avec son beau-frère. Il place sa balle sur le tee, s'élance, frappe puis cherche la balle au loin. Il se tourne vers son beau-frère. : as-tu vu où est allée ma balle ? Bien sûr que je l'ai vue. Ma vision est parfaite ! Excellent ! Où est-elle ? M'en rappelle plus…

Dr Claude BRONNER
06 07 88 18 74
dr.cbronner@wanadoo.fr

 

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale