×
Accueil > UG Zapping > UG-Zapping n° 31
 

UG Zapping


par Claude Bronner

UG-Zapping n° 31

Publié le : 30 août 2010

Espace Généraliste

30 AOUT 2010....N° 31

SYNDIQUES OU PAS : SAVOIR DIRE NON, POUVOIR DIRE OUI !


ELECTIONS
URPS Le mois de septembre sera dominé par les élections professionnelles. Elles serviront à désigner les représentants des médecins dans les nouvelles Unions Régionales des Professionnels de Santé, partenaires obligés des ARS dans la mise en musique de la gestion régionale de la santé. Et permettront de déterminer le poids des différents syndicats pour les négociations à venir. Les courriers, professions de foi et autres promesses ont donc commencé à pleuvoir. Les coups de pattes entre syndicats aussi ! Comme pour toutes les élections, les abstentionnistes seront nombreux. Pourtant, c'est l'avenir de tous les médecins libéraux qui se joue car le résultat impactera la conduite de la suite, d'où le slogan Union Généraliste : savoir dire non, pouvoir dire oui. C'est en effet le rôle d'un syndicat. Le Zapping participera à la campagne selon les principes qui nous ont toujours animé : information objective, mais engagée, pas de dénigrement des adversaires (qui devront devenir des alliés si on veut faire une unité syndicale efficace). Avec l'espoir d'un avenir qui permette enfin à la France de comprendre que son système de santé a vraiment besoin d'une médecine générale de premier recours reconnue (et dotée des moyens nécessaires) et d'une médecine libérale nettement plus valorisée qu'elle ne l'est actuellement.

GENERALISTES EN BAISSE Revenus des généralistes en baisse a titré la presse cet été. Cette situation arrange temporairement l'Etat et l'Assurance Maladie. Mais cela signifie en fait que les dépenses ripent vers des soins de plus en plus coûteux, probablement sans bénéfice réel pour les patients avec un déficit qui se creuse de plus en plus. C'est une publication de la DREES, Études et résultats N°735 de juillet 2010 qui le détaille. Titre : "Les revenus libéraux des médecins en 2007 et 2008". 8 pages à lire impérativement. Pour les pressés, un coup d'œil rapide au graphique de l'évolution des revenus des spécialités sera mieux que rien. Si vous vous intéressez aux évolutions récentes des soins de ville, jetez un œil l'actualité de l'assurance maladie.

COLLOQUE LE 10 SEPTEMBRE Ces sujets seront abordés le 10 septembre 2010 lors d'un colloque "Des coordinations à la Négociation Conventionnelle" organisé par les élus d'Espace Généraliste Ile de France en bilan d'action de 5 ans de présence aux URML. Il aura lieu à la Maison de la Chimie, 28 rue Saint Dominique, 75007 Paris. Pour ceux qui se sont inscrits ( Inscription ), buffet à 12h00 et colloque de 14h00 à 17h00. N'hésitez pas à demander des informations.

REFLEXION SUR LA TELETRANS 84% des Feuilles de soins sont des FSE et 150 millions sont des feuilles papier. Coût d'une feuille de soin papier : 1,74 €. Coût d'une FSE : 0,27 €, dont 0,07 € pour le médecin télétransmetteur. En un an, on produit 937,5 millions de feuilles de soins. Si elles étaient toutes sous forme papier, le coût de traitement serait de 1,74 x 937 500 000 = 1 631 250 000 €. Si elles étaient toutes sous forme électronique, le coût de traitement serait de 0,27 x 937,5 M= 253,1 M €, dont reçu par les médecins : 0,07 € x 937,5 M= 65,6 M€. Autrement dit, cela ferait 1 380 millions d'économie par an pour la caisse avec un retour de 66 millions pour les médecins. Encore autrement dit 4,8% pour les médecins et 95,2% pour madame Lacaisse. Encore un effort et les médecins peuvent encore gagner 10,5 millions par an et la caisse 220,5 millions d'euro. "Nous avons tous à y gagner" comme le dit Frédéric Van Roekeghem, mais lui 22 fois plus que nous.

SALLES D'INJECTION Débat en plein été : l'Inserm fait un rapport collectif (Réduction des risques chez les usagers de drogues - Synthèse et recommandations) qui disait prudemment que les pays qui ont mis en place des structures qui permettent de s'injecter des drogues dans des conditions d'hygiène un peu moins déplorables que par exemple celles d'un squat et permettent un contact avec le dispositif de soins ne sont pas complètement stupides. Roselyne Bachelot pensait aller dans ce sens à petits pas. Le premier ministre a dit non : "La priorité de Matignon est de réduire la consommation de drogue, non de l'accompagner, voire de l'organiser". Ca paraît logique et une majorité de professionnels de santé est de cet avis. Pourtant, on aurait pu dire exactement la même chose quand Michèle Barzach a autorisé l'accès aux seringues en 1986. Cela avait été dit d'ailleurs. Aujourd'hui, plus personne ne veut empêcher un injecteur de trouver une seringue propre et cette politique a sauvé des centaines de vies. Un article du Dr Nau (Slate.fr) reprend le débat avec de nombreuses citations pour ceux qui veulent un bon résumé.

Cet UG Zapping est rédigé par le docteur Claude Bronner, co-président d'Union Généraliste. Il est envoyé à tous les médecins et à d'autres partenaires dont nous avons l'adresse de courriel. Notre annuaire est déclaré à la CNIL. Si vous ne voulez plus le recevoir, écrivez à dr.cbronner@wanadoo.fr . Union Généraliste est issu de la fusion des syndicats Espace Généraliste et FMF Gé. Il est affilié à la FMF (Fédération des Médecins de France). Le site d'Union Généraliste est actif sur http://www.uniongeneraliste.org/.

GRIPPES ET ALERTES L'actualité, c'est la dengue aux Antilles (voir ci-dessous). Les rapports "grippe" se suivent et se ressemblent, chacun apportant sa contribution. Nous vous avons fait suivre régulièrement les auditions du Sénat : leur rapport critique le déséquilibre des contrats passés et le manque d'association des professionnels de santé au plan. Quelques nouvelles de la grippe dans l'hémisphère Sud. A noter la notification de cas de narcolepsie avec catalepsie consécutifs à des vaccinations H1N1. A l'automne, il paraît que ce sera au médecin traitant de générer un document pour que des personnes à risque (femmes enceintes par exemple) puissent bénéficier du remboursement de la vaccination grippale. Pour la situation courante actuelle, INSERM pour la pathologie infectieuse et RNSA et bulletin allergo-pollinique pour la saison allergique.

DENGUE AUX ANTILLES La dengue sévit aux Antilles (Martinique et Guadeloupe). Le Figaro explique bien la situation. Même le préfet est malade et loupe la visite de la Ministre ! Sur le plan médical, on rappellera que la dengue est une maladie virale ressemblant à bien d'autres pathologies virales, avec bien sûr des cas de complications rares, mais pouvant être mortels. Il faut y penser chez les patients revenant des Antilles et présentant céphalées, fièvre (en deux phases), courbatures et leur conseiller d'éviter l'aspirine. Hospitalisation bien sûr en cas de signes de complication (hémorragiques essentiellement). Le site du ministère propose une information pour le grand public qui rappelle qu'il faut surtout lutter contre les piqûres de moustiques : leur BEH voyageur est le 2009. Le zapping vous offre le BEH voyageurs à jour et l'extrait concernant la protection anti-moustiques ! Il précise que Aedes est un piqueur diurne et qu'il faut donc mettre des répulsifs (et des moustiquaires sur les poussettes et autres contenants des tous petits). Pour les précisions médicales, la fiche Dengue de l'Institut Pasteur fera l'affaire.

REVUE PRESSE Ne manquez pas la revue de presse d'Union Généraliste.

RAPPORT INUTILE ou presque. C'est l'Académie de Médecine qui a formé un groupe de travail pour nous pondre un rapport intitulé "La santé des voyageurs sur des vols aériens de longue durée et rôle du médecin traitant". Ou comment mettre le médecin traitant à toutes les sauces ! En fait, on résumera son rôle à dire que les patients devraient demander conseil avant un voyage au généraliste et on lit alors cette phrase : "celui-ci, pas toujours informé de cette responsabilité, pourra se rapprocher des médecins des compagnies aériennes ou suivre le certificat Universitaire de Médecine Aéronautique, ouvert à tous les médecins". On peut aussi se renseigner sur un site bien fait et un peu plus performant qu'un rapport plan-plan. C'est le cas de Flying Doctor

CERTIFICAT A LA CON C'est un titre de Jaddo ! Il faut dire que son histoire de certificat d'aptitude qui doit être obligatoirement signé par un hospitalier vaut le détour...et le titre. Ceux qui n'ont pas le temps ou le goût auront juste droit à un extrait : " J’enchaîne en demandant à la secrétaire pourquoi morbleu on a décidé d’ajouter cette clause ridicule, et pourquoi on ne peut pas se faire faire le certificat par son généraliste. Sa réponse a été magnifique. C’était : « Bin parce que bon, déjà, c’est un généraliste. » Ce qui, vous l’admettrez, est un argument de poids. ...Elle a ajouté : « Et heuuu, bin si c’est un médecin généraliste, ça peut être un certificat de complaisance.»

ZOOM IT est un site intéressant. Vous cliquez sur cette adresse http://zoom.it/ et vous lui donnez une adresse Internet (une URL) concernant une image (de préférence intéressante à agrandir). Et c'est parti pour l'agrandir et explorer tranquillement sur votre écran. Exemple : choisissons une image . Ensuite nous collons l'URL dans Zoom it. Il la transforme et cela donne : http://zoom.it/PIUm

EXAMENS SPORTIFS Septembre arrive et avec lui les "certificats médicaux sportifs" de tous poils. Et l'éternel débat : faut il les faire rembourser par madame Lacaisse ? En principe, non (et ça pourrait théoriquement donner lieu à récupération d'indus dont madame Lacaisse est de plus en plus friande). Cela donne des positionnements savoureux comme dans cet article paru dans la Voix du Nord qui pose très bien le problème. Débat sur le forum Union Généraliste et position claire : la délivrance d'un certificat d'aptitude n'est pas en soi un acte remboursable et peut éventuellement être facturé en sus de la consultation (avec facture en plus de la feuille de soins). Mais la consultation d'un enfant ou d'un adulte qui veut pratiquer un sport en compétition est un moment privilégié de rencontre avec le médecin et permet de faire le point sur tous les thèmes où les médias nous ressassent en permanence le rôle essentiel du médecin généraliste. Dépistage et prévention, surpoids, vaccinations, troubles de l'attention scolaire, sommeil, troubles du langage, audition, vision, croissance, sexualité, conduites à risques, consommation de produits toxiques…Il est dans la fonction du médecin généraliste de prendre en compte ces éléments, quelques soit le motif énoncé de la consultation. Ce rôle préventif essentiel doit se faire dès que l'occasion se présente. Le coup de tampon sur la licence n'est qu'un tout petit élément de cette démarche. Et sa prise en charge par la sécu est des plus logiques.

VENDREDI OU DIMANCHE ? C'est évidemment une question qui se pose souvent : le patient est en arrêt pour une semaine et ne travaille pas le samedi dimanche. Les conséquences d'un arrêt du lundi au dimanche ou du lundi au vendredi sont tout à fait différentes. Le médecin aura 2 jours d'IJ en plus à son compteur (mais le compteur compte par rapport aux autres...). Madame Lacaisse paiera deux jours d'IJ en plus. Le patient touchera deux jours d'indemnisation en plus. Le système est en effet suffisamment pervers pour que le salarié soit payé sur 30 jours dans le mois (quel que soit le nombre de jours réellement travaillés si le mois est complet) et c'est ainsi que raisonne madame Lacaisse, mais l'employeur, lui raisonne en jours travaillés. Illustration (hors complémentaire bien sûr) : le salarié a un salaire NET de 1650.84 € mensuel et manque une semaine de travail normale du lundi au vendredi. L'employeur lui retire de sa paye 5 jours d'absence soit 35 heures. 1650.84€ : 151.67heures x 116.67heures = 1269.88 € de salaire pour ce mois. Si l'arrêt va du lundi au dimanche, madame Lacaisse lui verse 34.92€ par jour x 4 = 139.68€ (il y a 3 jours de carence). Si l'arrêt va du lundi au vendredi, il ne touchera que 34.92€ par jour x 2 = 69.84€. Bref, en raison d'une réglementation inadaptée, le médecin a le pouvoir d'accorder ou de refuser un supplément de 100% sur une semaine de travail normale !

LE COIN DU CARABIN Le mot de patient du jour: " j’ai pris 4 kg mais je viens de manger un pain au chocolat "

Ca existe et ça se trouve à Soyons. C'est l'étroit passage du ....voir l'image.

Un jeune Italien se rend à confesse : - Mon Père j'ai péché pour avoir fait l'amour avec une femme facile. - Est-ce toi mon petit Toni Parisi? - Oui mon père c'est bien moi. - Et qui est cette femme avec qui tu étais? - Je ne puis vous le dire, mon Père, de peur de ruiner sa réputation. - Mon petit Toni, comme je finirai bien par savoir son nom un jour ou l'autre tu peux bien me le dire maintenant, était-ce Tina Minetti? - Je ne puis le dire. - Était-ce Teresa Volpe? - Je ne dirai rien. - Etait-ce Nina Capelli? - Désolé mais je ne dirai pas son nom. - Rosa Di Angelo? - S'il vous plait mon Père comprenez que je dois me taire. - J'admire ta discrétion mais tu as péché et dois racheter ta faute. Pendant 3 mois tu ne pourras plus être enfant de cœur. Va et comporte-toi bien. A la sortie de l'église Nino le copain de Toni lui demande ce qu'il a eu.- 3 mois de vacances et 4 bons tuyaux !

Dr Claude BRONNER

06 07 88 18 74

dr.cbronner@wanadoo.fr

 



La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale