×
Accueil > UG Zapping > UG Zapping n° 36
 

UG Zapping


par Claude Bronner

UG Zapping n° 36

Publié le : 24 octobre 2010

 

25 OCTOBRE 2010....N° 36

LA COUR DE CASSATION CASSE DU MEDECIN !


ELECTIONS URPS Les résultats des élections des médecins aux URPS (Unions Régionales des Professions de Santé) confortent la CSMF qui tout en faisant le même pourcentage qu’en 2006 (26,97 % en 2010, 25,94 % en 2006) chez les généralistes a plus de sièges (175 contre 141). MG-France reste le premier syndicat de généralistes en pourcentage (30,2% en 2010, 31,19% en 2006), mais pas en sièges (168 contre 164) car la CSMF fait la différence grâce aux Dom-Tom. Union Généraliste (les généralistes de la FMF) obtient un score suffisant pour la représentativité et atteint ainsi son objectif principal. Toutefois, la perte par rapport au total entre Espace Généraliste et la FMF Gé de 2006 est considérable. Chez les spécialistes, la chute de la FMF est encore plus importante, au profit de la CSMF (31,19% en 2006 et plus de 40% en 2010) et surtout du SML qui ramasse la mise. Un tableau général résume tout cela.

SAUVONS TARPIN DE L’ORDRE STO est le nom d’une nouvelle association créée cette semaine et à laquelle vous pouvez adhérer (23 € à envoyer à la trésorière : Dr Mattera Marité—38 quai de Bosc—34200 Sète ). Un site donne tous les détails. Pour résumer : le Dr Tarpin Xavier applique à fond le volontariat de la PDS (ses patients ont des médecins à proximité, rassurez vous). Pour le punir (?), depuis 6 ans, le préfet du Rhône, bras armé de la DDASS et de l’Ordre, le réquisitionne systématiquement à Noël ou Nouvel An. Le médecin refuse et gagne toutes ses procédures au tribunal (on est à la 6 ème et il en a gagné 5). Qu’à cela ne tienne : le CNOM vient de le condamner à 3 mois de suspension dont un ferme parce qu’il a certes gagné au tribunal, mais quand il a reçu la réquisition il ne savait pas qu’il gagnerait et a donc laissé les patients sans médecin ! On notera au passage la superbe bêtise ordinale qui consiste à priver toute une patientèle de son médecin pendant un mois parce que ce médecin a refusé d’accepter un caprice des autorités.

LA PDS PARLONS EN Les jeunes s’installent peu dans les campagnes : c’est une tendance, mais elle est renforcée par la crainte de se retrouver à travailler 24h sur 24. Le même problème fait dévisser trop de plaques, partir trop de médecins âgés en retraite ou vers le cocon d’un salariat qui respecte le temps de travail, lui. Devant ce problème, les autorités (et nos élus ordinaux aussi, en général âgés et encore imprégnés du sacerdoce de la médecine de papa) rêvent d’obliger les jeunes à un travail obligatoire de quelques années en zone déserte et de rétablir l’obligation de garde. Mais sans mettre en face le minimum syndical : assurances béton, récupération du temps de travail, rémunération correcte. Et surtout égalité ! Chez Xavier Tarpin, avec deux hôpitaux ouverts la nuit dans un rayon de 5 km, on réquisitionne un seul généraliste alors qu’il y a 17 confrères d’autres spécialités non dispensés. Les chiffres de la CNAM 2009 indiquent que sur le Rhône il y a 30% de généralistes et 8% d’autres spécialistes qui participent aux gardes ! Tout cela pour une activité des plus réduite qui trouverait logiquement sa place dans les établissements s’il n’y a pas de volontaires.

CASSATION EN FOLIE Si la Cour de Cassation voulait qu’on arrête de soigner, elle ne ferait pas mieux. Un médecin vient d’être condamné parce qu’il avait prescrit de la Catalgine 0,1 à un bébé de 6 semaines et que ça s’était mal passé parce que le pharmacien avait donné du 0,5 g ! C’était donc avant le retrait de la Catalgine en juin 2008. Les juges ont décidé en suivant les "experts" que puisque l’AFSSAPS dit qu’il vaut mieux prescrire du Paracétamol, le médecin était coupable ! Pour se faire une opinion, voici le texte de posologie de la Catalgine à l’époque, le texte de posologie de l’Aspégic 0,1 g aujourd’hui, le tableau reco-AFSSAPS de prise en charge de la fièvre chez l’enfant et enfin les recos actuelles écrites sur le sujet qui ont poussé la non prescription d’aspirine à 3 mois, déconseillé de le faire dans les syndromes viraux, mais disent quand même qu’on peut associer Paracétamol et aspirine ou AINS.

CHACUN SON JOB Madame Lacaisse va lancer une action vers les généralistes pour promouvoir le dépistage et le repérage des enfants à risque d’obésité ou en surpoids. C’est le cas de presque un enfant sur cinq : on avait remarqué ! La force de vente, pardon, les DAM vont rencontrer les médecins pour les sensibiliser à l’importance du dépistage, rappeler les recommandations sanitaires en la matière, souligner les signaux d’alerte à détecter, leur remettre des outils pratiques pour faciliter leur exercice. Union Généraliste a décidé de créer son propre programme annoncé par un communiqué. Il a pour objectif d’aider Madame Lacaisse à mieux faire son boulot de remboursement. Bon d’accord ! On aurait pu le mettre au coin du carabin.

Cet UG Zapping est rédigé par le docteur Claude Bronner, co-président d’Union Généraliste. Il est envoyé à tous les médecins et à d’autres partenaires dont nous avons l’adresse de courriel. Notre annuaire est déclaré à la CNIL. Si vous ne voulez plus le recevoir, écrivez à dr.cbronner wanadoo.fr . Union Généraliste est issu de la fusion des syndicats Espace Généraliste et FMF Gé. Il est affilié à la FMF (Fédération des Médecins de France). Le site d’Union Généraliste est actif sur http://www.uniongeneraliste.org/.

GRIPPES ET ALERTES Les nouveaux vaccins s’injectent tranquillement : Agrippal, Fluarix, Immugrip, Influvac, Mutagrip, Vaxigrip, Gripguard (adjuvé) et bien sûr Tetagrip qui permet le rappel tétanos en même temps. Tous comportent deux souches A nouvelles (H1N1 California/7/2009 analogue à la pandémique 2009 et H3N2 Perth16/2009) et une B inchangée Brisbane 60/2008. Les prélèvements montrent du rhinovirus et du VRS en France métropolitaine. H1N1 est modérément épidémique à la Réunion et H3N2 et B aux Antilles. Voir les cartes épidémiques sur GROG et INSERM. On va ranger le bulletin allergo-pollinique pour l’hiver (RNSA et bulletin allergo-pollinique). Si vous ne l’avez jamais fait, profitez en pour découvrir la saison allergo-pollinique de votre ville : cliquer sur la ville sur la carte verte, puis sur chaque plante à droite de l’écran et le graphique 2009/2010 apparaît.

MORTALITE GRIPPALE Jusqu’en 2009, chaque année, au moment de la sortie du vaccin grippal, on nous annonçait à grand renfort de médias une année difficile et on poussait à la vaccination. En 2009, on nous a fait le coup du vaccin saisonnier à faire impérativement en attendant le H1N1 alors que toutes les connaissances sur le sujet faisaient penser que H1N1 remplacerait le saisonnier. Cette année, impossible de faire peur après l’épisode 2009-2010 et une saison en cours bien calme dans l’hémisphère Sud. Alors on nous la joue "le vaccin a divisé la mortalité par 10". Le moins qu’on puisse dire, c’est que sur le plan scientifique, ça interroge. Vous trouverez le sujet bien documenté sur le site de Dominique Dupagne. Quant à la facture H1N1 2009, elle est en partie répercutée sur les mutuelles par une cotisation exceptionnelle à taux variable que les assurés découvrent en ce moment.

VACCINATION GRIPPALE Madame Lacaisse a choisi : après des années de bons de vaccination grippale passant obligatoirement par le coup de tampon du médecin, ce dernier a totalement disparu du nouveau bon au profit du pharmacien et de l’infirmière seuls. La logique du dispositif veut que le médecin traitant se désengage totalement en renvoyant les demandes d’information du patient sur le médecin-conseil pour les conseils et systématiquement sur l’infirmière pour la vaccination. En ville, et en visite, ce sera très souvent + 8,60 € là où c’était gratuit en plus de la visite du médecin. A la campagne, il faudra rajouter les kilomètres à 0,35 € ! Est bien raisonnable ? Non, mais Madame Lacaisse compte bien sur les bonnes pâtes de généralistes pour faire quand même le boulot gratuitement et leur gratter les quelques actes où les patients appelaient spécifiquement.

RECUPERATION FRANCHISES La récupération des franchises obéit à des règles simples : madame Lacaisse profite de chaque occasion pour le faire. Si cette attitude présente une logique, elle a une conséquence pratique énervante : comme c’est la médecine générale qui reste la fonction la plus courante et celle qui pratique le moins le tiers payant, c’est sur les actes du généraliste que sont prélevées la plupart des franchises. Conséquence : le patient a l’impression, quand il reçoit sa facture récapitulative, que les actes du généraliste sont très mal remboursés. Il n’y a que deux parades : formuler différemment les relevés de madame Lacaisse (ça devrait être possible) et pratiquer le tiers payant que justement la convention prétend nous limiter.

VIDAL ONLINE Le service Vidalonline se révèle de plus en plus précieux au fur et à mesure qu’on l’utilise. Le médecin doit s’incrire (gratuitement). Il est vraiment dommage que les étudiants en médecine n’y aient pas accès. En effet, l’outil est précieux car son moteur de recherche permet les entrées par pathologie, indication, médicaments et renvoie astucieusement à l’ensemble des recommandations courantes en cours. A tester de toute urgence car c’est bien rapide et pratique en cours de consultation.

NOUVELLES DE L’AFFSAPS C’est parti pour la communication sur l’usage des sirops dans la TOUX du nourrisson. Il en reste peu et ils seront bientôt contre-indiqués aussi. L’afssaps vous informe avec un document de 8 pages, vous propose une affiche et un dépliant pour expliquer aux patients l’intérêt nul des sirops pour le tout petit.
Le PRIMPERAN change de formule : on quitte enfin la posologie prise de tête par gouttes pour se retrouver avec une posologie par kg avec DEUX pipettes adaptées. Une forme "nourrissons et enfants" avec pipette de 1 à 15 kg et une forme "enfants" avec pipette de 15 à 50 kg. La dose par kg est la même dans les deux cas : 0,1 mg par kilo au maximum 4 fois par jour en respectant l’intervalle de 6 heures et c’est non renouvelable sans mention expresse. Une dose d’un kilo correspond à une goutte de l’ancien dosage.

CYTOTEC GYMISO Le misoprostol existe sous deux formes en France. Cytotec dosé à 200 µg avec l’indication ulcère gastro-duodénal et troubles gastriques en lien avec les AINS, y compris en prévention. Le comprimé coûte 0,32 €. Gymiso dosé à 200 µg avec l’indication interruption de grossesse. Le comprimé coûte 7,67 €. Mais madame Lacaisse s’en fiche car le prix est compris dans le forfait IVG. Sauf que des petits malins dans les centres IVG utilisent parfois intelligemment le Cytotec. On dit intelligemment car seuls des esprits tordus peuvent comprendre la logique du dispositif qui met le même comprimé 24 fois plus cher ! Inutile de dire qu’au delà des usages "abusifs" dans les centres d’IVG, le médicament est également l’objet de trafics vers des pays moins riches et que madame Lacaisse ne se gêne pas pour soupçonner facilement tout prescripteur de Cytotec.

FORCES DE VENTE Laetitia et Sophie sont jeunes, dans une école de commerce, et ont décidé de faire dans ce cadre une étude pour "améliorer les visites des représentants médicaux, pour les rendre aussi pertinentes et efficaces que possible". Si ça vous tente de leur donner votre avis, vous pouvez répondre à leur questionnaire.

LE COIN DU CARABIN La retraite à 67 ans est un problème, pour les médecins aussi ! Dans une manif, une manifestante a trouvé la bonne formule.

L’essence rare et la priorité indispensable aux professionnels de la santé qui font des visites a apporté son lot d’échanges sur nos forums de discussion : la phrase "J’ai appelé au ministère de la santé (j’ai mes entrées). Les médecins qui ont été volontaires pour vacciner contre H1N1 seront servis en priorité en cas de rationnement. Les autres pourront faire leurs visites à pied ou en vélo" a amené une réaction immédiate : "j’ai appelé Rocky (j’ai mes entrées) : ceux qui ont signé le CAPI auront un jerrycan supplémentaire si le ratio de leurs visites en année N-2 est supérieur au carré de l’hypoténuse du triangle des Bermudes".

Avec Jaddo, comme souvent, l’histoire n’est pas drôle, mais la manière de la raconter, oui. Une histoire d’allaitement.

L’actualité judiciaire étoffe généreusement le coin du carabin : il suffit de lire le compte-rendu l’histoire du psy qui se faisait rembourser les visites de sa maîtresse sur le divan !

Un couple marié a un terrible accident dans lequel le visage de la femme a été gravement brûlé. En raison de difficultés techniques, le chirurgien ne peut que proposer de greffer la peau des fesses du mari qui donne avec amour. On convient d’un secret absolu sur le sujet. Résultat stupéfiant : famille et amis s’extasient sur son apparence de jeune beauté ! Débordante de reconnaissance, l’épouse dit un jour à son mari : "Chéri, je veux simplement te remercier pour tout ce que tu as fait pour moi. Comment puis-je te récompenser ? » « Mon amour, j’ai tous les remerciements dont j’ai besoin à chaque fois que je vois ta mère t’embrasser sur les joues."

Dr Claude BRONNER

06 07 88 18 74

dr.cbronner wanadoo.fr

 


 

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale