×
Accueil > UG Zapping > UG Zapping n° 40
 

UG Zapping


par Claude Bronner

UG Zapping n° 40

Publié le : 27 février 2011


27 FEVRIER 2011....N°40
SIMPLIFICATION ADMINISTRATIVE : EN BONNE VOIE !


CARTE VITALE La taxe sur les Feuilles de Soins papier met le doigt sur tous les dysfonctionnements extérieurs qui diminuent les possibilités de télétransmission (et sur ce plan, la photo chère aux députés est une sacrée cause de retard à la délivrance de cartes vitales), mais aussi sur les difficultés au sein des cabinets médicaux. La CSMF a mis un peu de temps à réagir, mais a fini par reprendre le mot d’ordre Union Généraliste de taxer les patients qui n’ont pas de carte vitale. L’UFC "Que Choisir" en a profité pour faire tout un cinéma sur le sujet, confondant avec mauvaise foi le médecin qui ne veut pas télétransmettre et celui qui va être taxé alors qu’il télétransmet. Sur ce plan, le seul remplacement fréquent peut mettre le médecin à l’amende : certains logiciels permettent l’utllisation de la CPS de remplaçant, mais c’est logiciel dépendant et il faut être thésé pour avoir droit à la CPS (donc exit tous les non thésés). Si le logiciel permet la reconnaissance de la CPS remplaçant et si la déclaration a été faite à madame Lacaisse via le logiciel, le remplaçant est autonome en ce qui concerne les FSE, mais seulement dans ce cas. En général, le médecin remplacé est coupable s’il prête sa CPS et il est taxé si le remplaçant fait des FS papier ! Pour vous documenter, un article de fond bien fait sur cette polémique sur I Med, un article technique sur Bifentes, FSE et Webservices à propos des difficultés sur le poste de travail et un test du dernier lecteur (utilisable en visite).

EHPAD 1er AVRIL La date du 1er avril est théoriquement une date butoir pour la signature du fameux contrat entre le directeur d’un EHPAD (Etablisssement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Ne signez rien. Continuez à voir vos patients et si le directeur fait le malin, envoyez le promener en expliquant pourquoi au patient et à sa famille comme vous y incite Union Généraliste. Plusieurs recours sont en cours pour ce contrat dont les tenants et aboutissants ne sont pas clairement établis (notamment l’aspect "non conventionnel" des honoraires). Une fois de plus, on a travaillé dans la précipitation et dans la cacophonie syndicale. S’imaginer que les patients seront mieux soignés parce que leur médecin s’engage par écrit sur de nombreux points alors que l’EHPAD a des obligations réduites au minimum est un leurre. Il faut que les médecins généralistes se fassent respecter : de nouvelles obligations ? Oui, mais en échange d’une vraie négociation avec des moyens à la clé. Si nous acceptons de nouvelles contraintes sans rien en échange, pourquoi les pouvoirs publics nous respecteraient-ils ? Le gouvernement est en train de mettre fin à la notion fondamentale de libre choix du médecin par le patient. A nous de lui en faire subir les conséquences s’il ne revient pas sur cette décision.

SIMPLIFICATION ADMINISTRATIVE Xavier Bertrand est un ministre d’une redoutable efficacité : à peine en place depuis quelques mois, il a déjà mis en place une super commission de simplification administrative qui est en fait la mise en forme style ENA d’une promesse de ce type faite en 2007. Pour la mise en pratique immédiate, on a eu droit à une loi supprimant l’ALD pour certains patients, mais pas le 100%. Comme il faut bien que quelqu’un valide le processus, le boulot revient au médecin qui prescrit : "La mention " suivi post-ALD ” doit figurer sur l’ordonnance mentionnée à l’article R. 161-45 et sur la feuille de soins mentionnée à l’article R. 161-40." Donc, pour simplifier la vie des patients, hop, une petite (?) contrainte supplémentaire pour le prescripteur.

PEDIATRES ET GENERALISTES Certains pédiatres se sont déchaînés pour rappeler une fois de plus que les enfants sont mieux soignés par les pédiatres. Bref, comme 80% des actes de pédiatrie en France sont faits par les généralistes, le drame couve. Illustration par une chronique de Caroline Eliacheff . Un enfant en bonne santé est-il mieux soigné par un pédiatre ? Bien sûr que non. Les généralistes prescriraient par exemple "plus d’antibiotiques" et vaccineraient moins. L’expérience montre que les parents qui vont voir le pédiatre pour les examens périodiques ont facilement recours au généraliste quand l’enfant est malade. Cet élément explique déjà quelques (minimes) distorsions statistiques. Les pédiatres ont le droit et le devoir de défendre leur spécialité, mais il n’est ni utile, ni pertinent, de critiquer le travail des généralistes. Une bonne solution consisterait à permettre un choix médecin traitant pour les enfants (ouvert indifférement aux pédiatres et généralistes).

PRESCRIPTION MEDICAMENTS Emission à écouter sur France Culture : "comment les médecins prescrivent-ils les médicaments ?" (28 janvier), avec Fabienne Bartholdi ( AFSSAPS), Claude Leicher (MG-France), Bruno Toussaint (Prescrire), Christian Lajoux (Leem), Jean-Yves Nau, journaliste. Le débat est de grande qualité et résume bien la situation. Il y en a pour une heure d’écoute. A écouter surtout, dans les 20 dernières minutes une intervention de Claude Leicher qui analyse avec pertinence le plan Alzheimer : conflits d’intérêts des experts, intérêt discutable du dépistage, intérêt nul des traitements médicamenteux et dévoiement du plan par ces biais. Quant à Jean-Paul Hamon, président d’Union Généraliste, il a en a remis une couche chez Michel Cymes sur l’Alzheimer.

TELEMEDECINE WENGO La première minute est gratuite, ensuite c’est 2,5 € de la consultation par téléphone, soit 35 € du quart d’heure pour avoir un avis médical par téléphone. C’est Wengo, le premier service de téléconsultation en France. Sans ordonnance à la clé si ce n’est d’aller acheter un médicament en vente libre ou d’aller dire à son médecin ce que le téléconseiller a conseillé ! Bref, c’est un service libéral pour ceux qui ont des moyens. Pourquoi pas ? Mais le problème principal n’est pas réglé : que vaut le médecin qui répond ? Comment est-il évalué ? Au moins, dans la vraie vie, madame Michu dit à madame Bernard ce qu’elle pense de son docteur. En tout cas, si un patient vient vous voir avec un conseil Wengo, c’est 2,5 € au moins de la minute qu’il faut lui demander. Cela met l’heure de cerveau disponible de médecin libéral à 150 €. Recettes totales à 35 h par semaine (de vrai contact patient) sur 46 semaines : 241 500 €. Actuellement le généraliste est à 135 000 pour plus d’heures de contact patient. Cherchez l’erreur. Un petit article de réflexion bien fait sur la télémédecine à lire sur Atoute.

Cet UG Zapping est rédigé par le docteur Claude Bronner, co-président d’Union Généraliste. Il est envoyé à tous les médecins et à d’autres partenaires dont nous avons l’adresse de courriel. Notre annuaire est déclaré à la CNIL. Si vous ne voulez plus le recevoir, écrivez à dr.cbronner@wanadoo.fr . Union Généraliste est issu de la fusion des syndicats Espace Généraliste et FMF Gé. Il est affilié à la FMF (Fédération des Médecins de France). Le site d’Union Généraliste est actif sur http://www.uniongeneraliste.org/.

GRIPPES ET ALERTES La grippe commence à baisser (voir GROG et INSERM), et pour le coup, c’est l’allergo-vigilance qui reprend doucement du service sur RNSA et bulletin allergo-pollinique. La Cour des Comptes a finalement fixé la facture de la vaccination grippale H1N1 à 110 euros le vaccin administré. Ca reste loin du prix d’un Gardasil ! Suite aux commentaires Zapping de la publication au BEH des spécificités de la mortalité de la grippeH1N1 2009-2010, un confrère nous a communiqué son interprétation des chiffres de la grippe 2009-2010 pour valoriser la vaccination : âge moyen des décès 59 ans (81 ans les années précédentes) ; 41% des morts sans comorbidité ou facteur de risque ; aucun patient vacciné (en temps utile) dans les morts alors qu’on aurait pu statistiquement en attendre une trentaine (si le vaccin était vraiment inefficace).

AMELI ET MEDECIN TRAITANT Madame Lacaisse met à disposition des informations par Internet et complète régulièrement le dispositif. Lorsque le médecin se rend sur son Espace Pro avec une carte vitale de patient, le site lui dit qu’il est le médecin traitant ou que le patient a un médecin traitant (comme si le nom de ce médecin traitant était un secret d’Etat pour un professionnel de santé !). Depuis le 24 janvier 2011, le médecin peut se déclarer comme médecin traitant sur l’Espace Pro. Attention, il faut 48h pour que ce soit pris en compte. Il faut donc coter CS + MTN si on réalise une consultation le jour du changement. Par ailleurs, les patients, tout comme les médecins, peuvent créer un compte Ameli qui leur permet de consulter leur situation, voire de recevoir la notification de paiements par mail (quand on attend un versement d’indemnités journalières, ça compte). De plus, ils peuvent imprimer une attestation détaillée de leurs droits par ce biais. Il faut compter quelques jours pour la création puisque le code est envoyé par la poste. Dans I-Med, Jean -Jacques Fraslin commente les dernières évolutions de l’Espace-Pro de madame Lacaisse.

BEMOLS DANS LE TRANSPORT L’histoire est intéressante : la mamie est suivie par une équipe de kinés qui sont obligés de se déplacer par fermeture de structure. Le médecin, plutôt que de la rediriger sur la structure la plus proche comme le voudraient les règles de madame Lacaisse, lui fait des bons de transport vers un lieu plus éloigné où travaille l’équipe appréciée. Contestation. Le TASS donne raison à la patiente en disant que celle-ci n’a pas démontré qu’il y aune autre structure plus proche. La cour de cassation casse parce que ce motif n’est pas valable : il s’agit d’un différent médical et non administratif et c’est par conséquent une expertise médicale qu’il fallait demander. L’avis de la Cour de Cassation est évidemment intéressant, mais la patiente est revenue à la case départ.

CANCER INFO est un site officiel d’information sur le cancer : http://www.e-cancer.fr/les-cancers patronné par l’institut national du cancer et soutenu par la Ligue. On y retrouve des illustrations anatomiques adaptées, des explications détaillées sur le dépistage, le traitement, la paperasse... bref, un site intéressant.

CODE Z 560 C’est un code de la CIM 10 et son libellé parlera à de nombreux médecins prescripteurs d’arrets de travail : "Z 56 : Difficulté liée à l’emploi et au chômage". C’est celui qu’auraient pu mettre les médecins qui ont prescrit des arrêts de travail à une compagnie de CRS (réaction d’un confrère dans la Voix du Nord). Allons-y. Il est tout à fait légitime de mettre un code (les pouvoirs publics adorent les codes !) comme motif d’arrêt de travail et celui là correspond à beaucoup de situations. De plus, on ne vous demande pas de vérifier : ce sont évidemment les dires du patient qui sont répercutés par ce code. Si le Contrôle Médical (récemment en grève précisément pour ce motif) veut contrôler, vous lui facilitez le travail et c’est le but du renseignement du motif.

ACTUALITES AFSSAPS Au premier mars, plus de Dextropropoxyphène (Di-antalvic, Di-algirex, Propofan et tous les Dextropropoxyphene-Paracétamol) et plus de Buflomédil (Fonzylane). Attention, lorsque vous remplacez le dextropropoxyphène par du tramadol et ses associations très chères, posez vous la question sur la pertinence d’une prescription simple de Paracétamol, mais en insistant sur la dose efficace. En effet, les effets secondaires du tramadol sont loin d’être négligeables. Il est vraiment utile de réévaluer douleur et prise d’antalgiques.

PINCE DANS L’ABDOMEN Par respect pour la patiente maltraitée, nous ne mettrons pas le sujet dans le Coin du Carabin : une pince oubliée, c’est une erreur malheureusement classique. Mais ce qui ne doit pas arriver, c’est la gestion de crise qui s’en est suivi pour cette patiente. Il faut absolument lire les propos rapportés dans la presse pour appréhender tout ce qu’il ne faut pas faire et ne pas dire dans une telle situation.

DERMATO INFECTIEUSE En quelques minutes, revoyez l’essentiel des éruptions dues à des virus avec détails cliniques, illustrations, étiologie virale et conseils sur l’intérêt des contrôles sérologiques. Ce site (http://www.microbe-edu.org/) réalisé par des institutions d’enseignement et de recherche mérite exploration.

CERTIFICATS ALACON Il travaille dans un abattoir. Il faut un certificat "aptitude au service de la viande" ! C’est légal : un texte de 1992 stipule qu’il faut exclure du travail de la viande un patient qui peut la contaminer. Comme on est d’accords ! Mais alors, qu’apporte en pratique le certificat à l’embauche (le médecin du travail serait le mieux placé) ou le certificat annuel exigé par la loi ? En quoi ce certificat fait par un médecin qui n’a jamais mis les pieds dans un abattoir va t’il mettre le consommateur à l’abri ? Dans le même esprit, la lecture d’un certificat pour qu’une patiente puisse donner du lait au lactarium laisse assez rêveur. Encore du boulot pour la commission de simplification administrative !

MEDECINS REMBOURSEZ La loi prévoit que le médecin peut-être amené à rembourser à l’assurance maladie tout ce qu’il a prescris hors AMM. On ne parle pas d’argent encaissé par le médecin, mais bien de dépenses qui ont directement bénéficié au patient. La loi ne prévoit aucune obligation pour madame Lacaisse en échange de ce droit de tirage exorbitant sur les prescripteurs. Dernier exemple en date au JO : modification de la prise en charge des lecteurs de glycémie. La prise en charge antérieure allait jusqu’à 2 bandelettes par jour, soit 730 par an (On parle des patients qui ne sont pas sous insuline). Maintenant, c’est limitation à 200 par an. Si madame Lacaisse arrête le remboursement à la 201 ème, rien à dire. Sauf que ça va être compliqué en pharmacie. Si Madame Lacaisse demande le remboursement à postériori à partir de la 201 ème au patient comme elle lui facture les 0,50 € de franchise par boite, quoi de plus normal. Mais c’est bien-sûr vers le prescripteur qu’elle va se retourner. A rajouter au chapitre simplification administrative en cours.

JEUNES PLUMES Les jeunes médecins sont de leur temps et bloggent de plus en plus. Un bel échantillon est réuni sur le site "sous la blouse", mais vous pouvez aussi les visiter en direct : Jaddo (son traitement de la prostate Cymes est délicieux et pertinent), Borée par exemple.

LE COIN DU CARABIN Le mot de patient du jour : " je me pèse mais je ne vois pas le résultat ! "

Un médecin humorise sur un forum pendant qu’on parle des pédiatres : "J’étais de PDS sur mon secteur ce soir : 1 acte..! On m’a amené un nourisson d’une semaine..! Moi..! , un généraliste..! Cette petite fille avait été à la selle tous les jours, mais pas aujourd’hui..! Ca, c’est un boulot pour un pédiatre..! Jamais là quand on a besoin d’eux..! Comment vais-je m’en sortir..? Je vois déjà les gros titres dans les journaux..! Tout tremblant, je défais la couche.....Il y avait une selle..! Je l’avais échappé belle..!"

Un homme et sa femme regardent à la télévision une émission sur la psychologie. L’homme se tourne vers sa femme et lui dit : - Saurais-tu, en une seule affirmation, me dire quelque chose qui puisse me rendre heureux et triste à la fois ? - Oui, répond la femme : tu as une quéquette plus grosse que toutes celles de tes copains !... 
 
 Marie-Berthe, grâce aux progrès de la science, vient d’avoir un enfant à l’âge de 75 ans. Ses voisines, Odette et Suzanne, viennent lui rendre visite et voir le bébé. - Vous le verrez plus tard ! …pour le moment ce n’est pas possible. Je vais vous faire du café en attendant. L’après-midi avance et les voisines lui redemandent de voir le bébé - Non , non, c’est toujours pas possible. Alors Odette demande : - Mais pourquoi ce n’est pas possible ? - J’attends qu’il pleure, j’me rappelle plus où je l’ai mis.

Mademoiselle, vérifiez si votre permis de conduire n’est pas dans la boite à gants... La blonde : Nan monsieur le gendarme, je viens de vérifier, il n’y est pas... Le Gendarme : Mademoiselle, vérifiez encore une fois si votre permis n’est pas dans la boite à gants sinon je suis obligé de verbaliser …La blonde : Nan monsieur le gendarme , je viens de vérifier, il n’y est pas. Le Gendarme : Mademoiselle, vérifiez encore une fois si votre permis n’est pas dans la boite à gants... La blonde : Nan monsieur le gendarme , je vous dis que je viens de vérifier, il n’y est vraiment pas. Le Gendarme : Mademoiselle, vérifiez encore une dernière fois si votre permis n’est pas dans la boite à gants...Il y a bien sûr une explication logique et carabine à cet échange à priori délirant.

Dr Claude BRONNER
06 07 88 18 74
dr.cbronner@wanadoo.fr

 

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale