×
Accueil > UG Zapping > UG Zapping n° 67
 

UG Zapping


par Claude Bronner

UG Zapping n° 67

Publié le : 17 décembre 2012
Espace Généraliste

16 DECEMBRE 2012....N° 67
AVENANT 8 PUBLIÉ AU JO : DÉBUT D'APPLICATION EN JUIN 2013


UN JOB EN OR Nos confrères médecins conseils ne vont pas aimer, mais il n'y a pas un mot de trop dans ce montage de Xavier Gouyou Beauchamp qui explique aux jeunes Internes qui seraient intéressés par les 200 fabuleux postes de "praticiens territoriaux de médecine générale" combien la bonne combine n'est pas de se précipiter sur cette offre, mais de devenir praticien-conseil. Et la conclusion est implacable : tant que le travail comme médecin au service des patients sera moins considéré par l'administration que le travail au service de madame Lacaisse, il ne faudra pas se plaindre des difficultés à assurer les soins d'une partie des français.

AVENANT PUBLIÉ L'Avenant 8 signé par la CSMF, le SML et MG -France, non signé par la FMF et le Bloc s'applique après avoir été publié au JO. Il faut 6 mois pour la première application des revalorisations. La FMF a refusé de signer cet avenant parce que les avancées du secteur 1 ne sont pas suffisantes pour accepter de revenir sur le secteur 2 (d'autant plus que les solutions pour gérer les abus existaient) et que la campagne de la Ministre sur les dépassements d'honoraires a été indigne par rapport aux enjeux et ses solutions assez simplissimes.

RETOUR SUR AVENANT Deux points sont notables dans le préambule de l'Avenant 8 à la Convention 2011: 150% de limite de dépassement, mais non opposable (voir le processus de sanction) et une nouvelle négociation fixée pour un forfait médecin traitant, modulable et progressif, à acter avant fin avril 2013. L'avenant comporte un engagement à faire évoluer les tarifs de la CCAM, mais aussi une baisse précisément planifiée de certains actes de cette CCAM (principales victimes réelles : angéiologues et gynécologues). Il y aura 5 euros par acte étalés dans le temps pour les plus de 80 ans (ALD inclus) et 5 euros par an pour les patients médecin traitant hors ALD en juillet 2013. Le nouveau Contrat d'Accès aux Soins permet une meilleure prise en charge des cotisations sociales des médecins secteur 2 qui y accéderaient. Il n'est bien sûr pas ouvert à tous les secteur 1, mais quand même à ceux qui ont les titres indispensables et déjà installés. Enfin, quelques actes lourds revalorisés à C2 (comme pour la VL déjà actés dans la convention) et un raccourcissement à 4 mois du renouvellement du C2 du consultant, ce qui permet maintenant 3 C2 par an et par patient (attention, l'expérience a montré que Madame Lacaisse est experte pour pinailler au jours près).

VILLAGE POITEVIN Grand messe ministérielle à Scorbé Clairvaux dans la Vienne, avec Ségolène Royal, pour faire une opération communication sur l'action des pouvoirs publics face aux déserts médicaux. Rien à dire : les cabinets sont beaux, les professionnels dynamiques, les conditions de travail sympa. Mais l'investissement en action et en temps des professionnels promoteurs est important et on assiste au constat habituel : les moyens normaux dédiés à la médecine de proximité sont évidemment très insuffisants. Il suffit pour cela d'entendre vanter tous ces investissement financiers d'Etat, de Région, de Département, de Commune, d'Assurance Maladie qui ont été indispensables pour soutenir ces beaux projets. Et cette administration tentaculaire réunionne, powerpointise, évaluationne à coup de pages d'enquêtes, bref, fait semblant de gérer. Si on affectait autant de moyens à tous les médecins libéraux en toute transparence et liberté, avec un cahier des charges minimal, le problème de l'accès aux soins et de leur contenu serait pratiquement réglé. Pour les passionnés, vous pouvez consulter la communication ministérielle sous forme de dossier de presse et le discours de Marisol Touraine. Au plus pressé, lisez un panorama complet des mesures avec les commentaires de Dominique Dupagne.

BARREURS SOLUTION C'est le moment de rappeler l'excellent livre de Dominique Dupagne, "La revanche du rameur" (maintenant disponible en numérique) qui développe la bien connue fable des rameurs et des barreurs. Le principe de base est une constante : quand ça ne fonctionne pas, on met un échelon d'encadrement supplémentaire qui évidemment finit par compliquer un peu plus la situation. C'est exactement ce que dit la ministre : les jeunes ont du mal à s'installer, elle veut donc dans toutes les régions un référent installation affiché, disponible, compétent (non , ça elle ne l'a pas dit, c'est évident), et donc efficace. Bref, un barreur de plus ! Un échelon supplémentaire à financer dont le montant ne sera pas affecté à ceux qui travaillent au contact des patients, une source nouvelle de réunions inutiles.

CHAUD VIDÉO Xavier Gouyou Beauchamp, prince de la vidéo choc en politique de santé, avait commis une vidéo accusant la Mutualité de posséder du vignoble. Etienne Caniard, président de ladite Mutualité a pris la mouche : ce n'est pas la Mutualité, mais la MACSF qui en plus ne fait pas partie de la Mutualité. Mal lui en a pris, car il a perdu son référé et du coup a droit à une réponse (A la tienne Etienne) sur les 9 Porsches du président de la Matmut. Comme quoi, en communication, il faut se méfier des retours de bâton.

RAPPORT GALLOIS Le rapport Gallois prévoyait un choc de compétitivité. Le gouvernement a décidé de mettre l'accent sur un crédit d'impôt qui amènerait en fait une diminution de 6% sur les charges sociales pour les salaires ne dépassant pas 2,5 SMIC, soit environ 3 500 € bruts. Cela concerne à priori les salaires des salariés des médecins libéraux. 7 questions sur le sujet dans les échos. Il reste que le gouvernement pourrait aller plus loin en facilitant l'embauche par les libéraux qui sont parmi les moins "aidés" par des salariés en Europe. Et ce sont des emplois bien de chez nous, impossibles à délocaliser.

RAPPORT TABAGISME Pas moins de 333 pages ! C'est le rapport d'évaluation de la Cour des Comptes intitulé "Les politiques de Lutte contre le Tabagisme". Un rapport à lire et ranger pour tous ceux qui s'intéressent au sujet. On ne sera pas surpris de découvrir que les politiques de lutte en question ne sont pas très efficaces. Les commentaires de Jean-Yves Nau permettent de se faire une idée pour les fainéants ou les pressés, mais il faut quand même jeter un coup d'oeil aux 32 propositions de la Cour.

WE LOVE SOPHIA Madame Lacaisse a décidé qu'au vu du rapport-maison d'évaluation de Sophia et du rapport pourtant extrêmement critique de l'IGAS, il fallait généraliser Sophia, la plate forme de coaching des patients diabétiques. Pour 100 € de coût annuel, le patient a droit à un dossier, quatre plaquettes d'information qu'on aimerait bien vous montrer en lien et quelques appels téléphoniques par une infirmière coacheuse (1,5 en moyenne) et une possibilité de site Internet. Le généraliste sert de rabatteur pour 1 C en échange d'un document à remplir qu'on aimerait aussi vous mettre en lien. On rappellera que pour 100 €, on finance par exemple 3 CS de généralistes + un CS de diabétologue ! Ca devrait faire réfléchir et inciter les médecins à ne pas être un vecteur de promotion de cette ineptie économique.

ATLAS ORDRE L'Atlas de la Démographie de l'Ordre des Médecins se présente sous forme de 2 tomes. Le tome 1 réalise l'état des lieux (généralités, activité régulière, situation actuelle, entrées et sorties, cumul emploi-retraite et remplaçants) et le tome 2 détaille les spécialités par territoires. Il est particulièrement intéressant de pointer un phénomène qui va grandissant : la place des retraités qui poursuivent une activité. L'Atlas détaille leurs conditions de poursuite d'activité. On notera ainsi qu'il y a 10 065 remplaçants dont 1 410 sont des retraités. Sur 51 930 médecins retraités inscrits au tableau de l'Ordre, 17,3% continuent d'exercer et ils seront 23 967, soit 34% en 2017 !

Cet UG Zapping est rédigé par le docteur Claude Bronner, président d'Union Généraliste et vice-président de la FMF. Il est envoyé à tous les médecins et à d'autres partenaires dont nous avons l'adresse de courriel. Notre annuaire est déclaré à la CNIL. Si vous ne voulez plus le recevoir, écrivez à dr.cbronner@wanadoo.fr . Le site d'Union Généraliste est actif sur http://www.uniongeneraliste.org/. La FMF est accessible ici : http://www.fmfpro.org/

GRIPPES ET ALERTES Les prélèvements positifs aux virus grippaux (du A H1N1, H3N2 et du B) augmentent selon le GROG qui signale surtout des VRS. On reste toutefois cantonné dans les minima saisonniers. On peut aussi consulter les cartes de L'INVS. Le BEH N°48 aborde un sujet intéressant : "Où meurt-on en France ? Analyse des certificats de décès (1993-2008)"

NOUVELLES DE L'ANSM C'est la saison des nez bouchés et des nuits difficiles pour cette raison. Les décongestionnants de la sphère ORL renfermant un vasoconstricteur sont une nouvelle fois, dans un point d'information / mise en garde de l'ANSM, signalés susceptibles de provoquer des effets indésirables cardiovasculaires et neurologiques, exceptionnels mais graves, surtout pour ceux administrés par voie orale. L'ANSM monte aussi au créneau pour dire que les "génériques sont bons". Il est effarant de voir à quel point il y a incompréhension entre les autorités de santé, la population et les prescripteurs. Les génériques sont de bons médicaments, bien sûr. Mais parfois le patient préfère une forme à l'autre et parfois le respect de cette préférence facilite l'observance. A madame Lacaisse de s'organiser pour payer le juste prix de cette préférence.

ANSM BENZOS L'ANSM en remet une couche sur les benzos par une "mise en garde" et un "point d'information", nous rappelant une fois de plus qu'on en prescrit trop, que ce n'est pas bien. Martelant qu'il semblerait (oui, car ils n'en sont quand même pas sûrs !) qu'il y aurait plus d'Alzheimer chez les patients prenant des benzos. Ils osent même écrire entre les lignes que le risque n'existerait pas si on les prescrit comme il faut ! Bref, l'ANSM nous dit que la prescription de psychotropes a des effets psychotropes parfois nettement indésirables ! On aimerait un peu moins de bonnes intentions et de conseils qui ne coûtent rien à ceux qui les donnent et un peu plus d'éléments pratiques. Mais ça, c'est plus difficile ! En attendant, ils ont trouvé la solution : nous compliquer un peu plus l'existence en rendant les ordonnances sécurisées obligatoires pour les benzos ! C'est en concertation et à suivre de près...l'ANSM nous dit qu'elle réalise une enquête d'acceptabilité dont on connaîtra les résultats début 2013. Pas besoin d'une grande enquête, la réponse des professionnels est majoritairement "cessez de nous emmerder" !

CONCOURS MEDCONS Testez vous si vous avez envie de suivre les conseils de Xavier Gouyou Beauchamp ( voir "un job en or" ci-dessus) et devenir médecin conseil ! Vérifiez si vous sauriez répondre avec brio aux questions du concours de recrutement de médecins conseils pour 2012. Il faut reconnaître que c'est un examen discriminant car de nombreux lecteurs du Zapping, sauf à être capables de mentir ehontément, devraient faire un bel exercice d'hypocrisie pour répondre conformément à l'attente des correcteurs !

GARDES PHARMACIES Les gardes des pharmaciens ont été revalorisées à partir du 07 novembre 2012 : l'astreinte passe de 75 à 150 € et les honoraires d'ordonnances passent de 6 à 8 € pour la nuit et de 4 à 5 € pour le dimanche et fériés. Ce sont les effets de la convention pharmaceutique signée il y a 6 mois et qui s'applique maintenant.

SYSTÈME PERVERS Il serait temps, vu l'importance que prend la notion de médecin traitant, que le papier "médecin traitant" facilement transformé en document électronique avec Ameli Pro redevienne un vrai contrat. De plus en plus de médecins constatent que des patients ont été déclarés "médecin-traités" par des confrères indélicats qui le font en douce lorsque le patient leur donne la carte vitale. Faire un tiers payant à un patient dont on pense être le médecin traitant alors que ce n'est plus vrai entraîne une rétention financière de la part de madame Lacaisse, sans parler du risque de perte d'une rémunération ALD (40 € par patients) et des 5 € de forfait par patient prévus en juin 2013 dans l'Avenant 8.

ÉVOLUTION NOMENCLATURE La CHAP est la commission qui actualise la nomenclature. Madame Lacaisse est passée maître dans l'art de l'enfumage et du gain de temps pour grappiller quelques euros. Lors de la dernière du 12/12, on a d'abord appris que les revalorisations de l'Avenant 8 prendraient au moins 15 jours de retard pour des raisons techniques (mais pas les baisses prévues…) et on a beaucoup glosé sur des actes d'une importance capitale (cette fois, c'était l'hystérectomie chez les garçons). La pédicurie dans Sophia, les actes de sage femmes dans Prado ont aussi occupé l'assemblée. On a appris que pour les actes d'endoscopie des ORL, c'est la HAS qui bloque (trop de travail à coup sûr…). Quant aux sujets qui concernent réellement les médecins au quotidien tels que la majoration F du samedi et la cotation des brûlures en ville, il faut respectivement voir pour chiffrer et créer une commission !

EN RIRE OU EN PLEURER ? Chacun choisira, mais pour notre part, ça fait plutôt ricaner : une commune a été condamnée à payer les 26 000 euros qui restaient à régler à des chasseurs de têtes qui lui avaient fourni des médecins roumains partis sitôt arrivé ! C'est dur de débourser 50 000 euros pour avoir un docteur et de se retrouver le bec dans l'eau. Au moins, à la lecture du jugement, les maires sauront distinguer le contractuel (ce qui est écrit dans le contrat) et l'emballage : ce qui est écrit dans la présentation.

FRANCE AUSTRALIE La 1ère journée internationale de l'Indépendance Médicale a réuni du beau monde à l'ile de la Réunion. Les actes, abstracts et vidéos en sont maintenant accessibles. François Pesty les utilise pour comparer l'effet de la visite médicale à la sauce Madame Lacaisse (les fameuses DAM) avec une visite du même ordre organisée en Australie au sujet des antibiotiques qui ne sont pas automatiques. La comparaison de la méthode et de son efficacité pointe à merveille l'incapacité chronique de nos "élites" à créer quoi que ce soit d'efficace tout en se vantant de leurs succès en bidonnant les résultats (Sophia en est un exemple flagrant). La comparaison France Australie sur les antibiotiques et la visite médicale est passionnante, documentée et les bonnes solutions incontestables. Trop sans doute.

DPC 2013 Le DPC (la formation officielle et obligatoire) se met péniblement en place et au 16 décembre 2012, rien n'est vraiment clair pour 2013. Pour faire simple, vos associations de formation vont vous proposer en 2013 des programmes de formation qui ressembleront beaucoup à ceux de 2012, avec des doses d'évaluation variables, mais incontournables. Sauf que les associations ne savent pas combien leur travail sera payé, que les médecins ne savent pas combien de jours seront indemnisés et que personne ne sait comment le bouzin sera géré au quotidien ! Par contre, une certitude se fait jour : l'Etat et l'Assurance Maladie sont en train de détourner une partie des sommes conventionnellement destinées à la formation comme on pouvait le craindre : après avoir rendu la formation obligatoire, on gratte les fonds de tiroir pour la payer tout en espérant que l'obligation rendra le financement public inutile.

SEUIL D-DIMERES Chacun sait que prescrire les D-Dimères (8,10 € de coût) est une source de complication : examen agréable car réellement rassurant quand ils sont bas, leur valeur moyenne, voire élevée dans certains cas est une source de difficulté de prise en charge. On apprendra donc avec plaisir que les seuils des D-Dimères ont été revus à la hausse. La valeur limite supérieure normale du taux des D-dimères peut être calculée en multipliant après 50 ans l’âge du patient par 10 : ainsi pour un patient de 65 ans la valeur sera de 650 ng/mL

FAUSSE INFO On a pu beaucoup lire cette information dans des mails : "Si un médecin vous prescrit un médicament non remboursé,  précisez à votre pharmacien de ne pas le faire figurer sur l'ordonnance qui sera transmise a la sécu,  car cet organisme vous ferait néanmoins payer 0,50 €  pour cette boite de médicaments que vous aurez payée intégralement de votre poche. Je tiens l'information d'un copain qui a découvert le schmilblick...  le pharmacien a bien été obligé de lui dire que c'était vrai". Comme on aurait tendance à penser que les ordinateurs de Madame Lacaisse seraient capables d'une telle vilenie, ça paraît bien plausible ! Mais c'est faux, de même que madame Lacaisse ne fait pas de bénéfices indus en facturant ces 0,50 € sur les médicaments les moins chers. Toutes les boites de médicaments ne donnent pas lieu à perception de cette franchise.

LIVRE AUDIT L'audit est à la mode avec le DPC. Un livre de 180 pages de René Amalberti et Jean Brami intitulé "Audit de sécurité des soins en Médecine de Ville" (Editions Springer) fait bien le tour de la question et offre sur tous les sujets exemples concrets, rappel de la réglementation, référence aux recommandations, point de vue du juriste, écriture plaisante. L'achat du livre donne droit à un code qui permet de réaliser son propre audit de cabinet sur le site www.moncabinetsasecurite.com . On y aborde des sujets variés que vous découvrirez avec plaisir : pour l'anecdote, les auteurs soulignent que les relations sexuelles avec les patients sont à éviter (!), mais donnent aussi de précieuses informations : on rappelle ainsi que la consultation de médecine générale française est la plus longue d'Europe (16,4 minutes en moyenne en 2006).

LE COIN DU CARABIN Un Cartoon de Xavier Gouyou Beauchamp à ne pas manquer.

Les Internes de Montpellier se battent pour que ce scénario reste une fiction.

Aujourd'hui, l'atelier mémoire pour patients Alzheimer avait pour thème : "essayez de créer quelque chose de mémoire"

Un petit rock pour bande mou

Les infirmières sont supposées ne pas rire du malheur d'autrui... Un patient se présente à la consultation.  Il a peur de faire rire de lui, mais l'infirmière lui répond :  "C'est certain que je ne vais pas rire, croyez-moi, je suis une professionnelle  et je n'ai jamais ri d'un patient en mes vingt ans de carrière".  "Très bien" dit-il, et il baisse son pantalon révélant le plus petit  pénis que l'infirmière ait jamais vu.  En longueur et en diamètre, ce n'était pas plus gros qu'une demi-nouille.  Incapable de se contrôler, l'infirmière se met à rire jusqu'à en tomber par terre, pliée en deux.  Quelques minutes plus tard, elle parvient à se relever et à reprendre son calme.  Elle dit alors :  "Je suis vraiment désolée, je ne sais pas ce qui m'a pris. Sur mon  honneur en tant qu'infirmière,  je vous promets que cela ne se produira plus jamais. Maintenant, c'est  quoi le problème ?"  Il répond :  "C'est enflé..."

Dr Claude BRONNER
06 07 88 18 74
dr.cbronner@wanadoo.fr
.

 

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale