×
Accueil > UG Zapping > UG Zapping n° 79
 

UG Zapping


par Claude Bronner

UG Zapping n° 79

Publié le : 16 septembre 2013

Espace Généraliste

15 SEPTEMBRE 2013....N°78
COMPTES SANTÉ 2012 : ON N'EST PAS SORTIS DE L'AUBERGE


C'EST
TROP ! Lu ce résumé d'un article du Quotidien du Médecin dans la revue de presse PR et elle mérite une citation intégrale : "Après plus de 20 ans de quasi-stagnation, les salaires des médecins libéraux allemands ont progressé de près de 20% entre 2007 et 2011, passant de 142.000 euros bruts annuels à 166.000 euros en 2011. Une hausse qui n'a pas empêché l'assurance-maladie d'engranger sur la même période des excédents confortables, selon les chiffres officiels, qui font état, au 30 juin dernier, d'un excédent record des caisses de 27,7 milliards d'euros. Dans le détail, ce sont les radiologues qui gagnent le mieux leur vie en Allemagne, mais ce sont les revenus des ophtalmologistes, des neurologues et des psychiatres qui ont progressé le plus rapidement - jusqu'à 35 % - au cours de la période de référence. Le revenu net imposable des généralistes approche 150.000 euros, mais un médecin sur quatre, essentiellement à la campagne et dans l'est du pays, gagne moins de 80.000 euros par an, précise Le Quotidien du Médecin. Alors que de nouvelles négociations tarifaires s'ouvrent entre les médecins et les caisses, la publication de ces bons chiffres pourrait toutefois amener les médecins à se montrer plus modestes dans leurs ambitions, même si leurs unions professionnelles sont traditionnellement très combatives". C'est sans commentaires. Vraiment ? Non allez, au moins un : en France, 80 000, c'est la moyenne des généralistes !

COMPTES SANTÉ 2012 Les comptes de la santé 2012 ont été présentés le 12 septembre. Tout est rédigé par la DREES : le rapport "Comptes nationaux de la santé 2012" fait 240 pages, mais on a également eu droit à une "Synthèse" de 47 pages, un 6 pages "Les Comptes nationaux de la santé en 2012" et un récapitulatif "60 années de dépenses de santé. Une rétropolation des Comptes de la santé de 1950 à 2010" en 8 pages. Dans la synthèse, une phrase résume bien : "Une croissance contenue pour les soins hospitaliers, ralentie pour les soins de ville et une baisse des médicaments en 2012". C'est clair : dans un pays où la dépense hospitalière est bien trop élevée, l'hôpital et la ville continuent de diverger, mais pas dans le bon sens. On note des choses amusantes (sic!) : dans le tableau 2a page 33 de la Synthèse les médecins ville passent de 19,3 milliards à 19,7 ce qui d'après les auteurs fait 2,4 % d'évolution alors que l'arithmétique s'écrit 2,07 % soit une marge d'erreur de 15,9 %. Pour l'hôpital, ils ne se trompent pas et arrondissent correctement : 85,1 - 83,1 = 2,406 % noté 2,4 % dans le rapport.

COMPTES DÉTAILS Les indemnités journalières ont reculé de 0,8% en 2012, mais la DREES ne félicite pas madame Lacaisse pour ses actions de contrôle ou les médecins pour leurs économies : elle dit que c'est dû à la conjoncture économique (page 39 de la synthèse). A travers tous les documents se manifeste l'incapacité à calculer correctement les prescriptions hospitalières délivrées en ville tant que le RPPS permettant d'individualiser les prescripteurs hospitaliers n'est pas en vigueur (on n'a que 2 ans de retard par rapport au calendrier). La DCS (Dépense Courante de Santé) représente 243 milliards en 2012. Selon le tableau de la page 139 du rapport général, avec leur 8,27 milliards (en baisse hors ROSP) les généralistes représentent 3,45 % de la DCS et les spécialistes qui passent de 13,25 à 13,40 (+ 0,9 % sans les dépassements, + 1,1 % avec) représentent 5,5 %. Pour comparaison, le médicament (en baisse) est à 14,3 %.

NOUVELLES DU DPC Ca tangue de plus en plus au DPC. Si on reprend les chiffres, dans un contexte de DPC obligatoire, on note 4 300 DPC médecins finalisés au 30 juin (soit 2,15 % du total ciblé), moins de 18 000 inscrits (soit 9 % du total). A 3 700 euros par médecin, il faudrait pour les libéraux seuls 370 millions par an, là où l'enveloppe libérale totale 2013 est de 83 millions, celle des hospitaliers (50% de la profession) qui protestent (analyse pertinente empruntée à l'APM) est de ...19 millions. Même si ces chiffres de participation seront meilleurs au 31 décembre, on sera très très loin du compte alors que le code de déontologie ne connaît plus que le DPC pour se former (Article 11 (article R.4127-11 du code de la santé publique) "Tout médecin entretient et perfectionne ses connaissances dans le respect de son obligation de développement professionnel continu). Que le DPC soit indispensable pour valider l'obligation officielle, c'est logique. Mais que les formations FAF et toutes les formations hors DPC comptent légalement pour du beurre en ramenant l'obligation déontologique au seul DPC, c'est quand même fort de café ! En espérant faire bouger dans le bon sens, la Commission Scientifique Indépendante des médecins généralistes vient de se mettre en retrait devant le constat global de dysfonctionnement en écrivant à la Ministre via le Collège de la Médecine Générale.

CARMF MENACEE ? Les kalachnikovs sortent contre la CARMF. Rappelons que la CARMF est "Autonome" et gérée par un conseil d'administration d'élus des médecins qui fait lui-même confiance au président Gérard Maudrux. Trop d'autonomie ! L'Etat lorgne sur les réserves constituées avec nos cotisations et cherche à supprimer l'autonomie en utilisant les textes de la réforme des retraites de cet été, dans laquelle un tout petit paragraphe stipule que désormais la CARMF serait dirigée par le président de la CNAV Professions Libérales, lui-même désigné par l’Etat. Elle n'est pas la seule dans cette situation. Au lieu de monter au créneau comme tout syndicat normal, deux syndicats de médecins, MG-France et la CSMF en ont profité pour régler leurs vieux comptes assez rances avec Maudrux en approuvant d'une part l'Etat et en tapant d'autre part sur le président de la CARMF qui ne s'est pas gêné pour répondre. La FMF communique évidemment aussi sur ce hold-up, mais c'est pour faire son boulot de syndicat, y compris avec l'indispensable ton sarcastique qui s'impose. Le CA de la CARMF a publié une réponse polie, Maudrux une réponse ad hominem ! Le président de MG-France lui répond avec un argumentaire où tout n'est pas faux, mais le sujet ASV y est vu de manière totalement aveugle et les arguments volent bas : quand on veut noyer...C'est pourtant un sujet simple dans sa complexité : tous les syndicats médicaux devraient se retrouver avec les élus CARMF pour défendre les médecins, et non l'Etat.

(SUR)VIE CONVENTIONNELLE Une Commission Paritaire Nationale était prévue en septembre. Elle a été repoussée en octobre en attendant de meilleurs chiffres du CAS (Contrat d'Accès aux Soins) : "pour pouvoir disposer d’une meilleure visibilité sur la montée en charge au plan national du dispositif du contrat d’accès aux soins". En "Com", ça donne ça dans le Figaro : "Près de 7500 médecins ont accepté de modérer leurs tarifs". En réalité, si le chiffre brut s'approche doucement des 30% prévus par la Convention, le détail laisse à désirer par rapport aux objectifs de modération des dépassements : d'après nos calculs, il en fallait 8200. Pour le moment ils ne sont que que 7500, ce laisse espérer d'y arriver, mais en réalité, ils sont 4320 généralistes et 2000 spécialistes secteur 1. Il reste donc de la cible initiale 1180 spécialistes secteur 2 !

Cet UG Zapping est rédigé par le docteur Claude Bronner, président d'Union Généraliste et vice-président de la FMF. Il est envoyé à tous les médecins et à d'autres partenaires dont nous avons l'adresse de courriel. Notre annuaire est déclaré à la CNIL. Si vous ne voulez plus le recevoir, écrivez à dr.cbronner@wanadoo.fr . Le site d'Union Généraliste est actif sur http://www.uniongeneraliste.org/. La FMF est accessible ici : http://www.fmfpro.org/ Si vous ne souhaitez plus recevoir le Zapping, cliquez DESINSCRIPTION. Il arrive qu'une désinscription ne soit pas enregistrée, il arrive aussi qu'une adresse supprimée soit réintroduite parce que nous la récupérons à nouveau. Tout cela va être automatisé et mieux géré, mais soyez certains que ce n'est jamais par malice que vous êtes agressés par un Zapping non souhaité !

GRIPPES ET ALERTES La période est calme en attendant la tempête : l'INVS nous parle de pathologies en activité faible et le bulletin allergo-pollinique titre "entre ambroisie et tranquillité" pour nous signaler que la plupart des allergiques respirent. Ils ne perdent rien pour attendre les pathologies automnales, les grippes qui s'annoncent, les vaccinations, les germes et virus d'actualité ! Mais à chaque semaine suffit sa peine. Pensez au retrait du Flunitrazepam (Rohypnol) à la fin du mois de septembre.

RÉMUNERATIONS FORFAITAIRES En principe, vous avez du percevoir le premier versement forfaitaire RMA (Rémunération forfaitaire du médecin traitant pour les patients hors ALD) et en principe les premiers compléments MPA (Rémunération forfaitaire pour les patients âgés de plus de 85 ans au 1er juillet 2013 ). Le RMA représente 5 € annuel par patient non en ALD dont vous êtes le médecin traitant depuis le 3 ème trimestre 2012. Le MPA un complément de 5 € par acte chez un patient de plus de 85 ans. Ce complément directement payé par la caisse concerne tous les médecins. Notons toutes les petites arnaques liées à ces paiements : pour l'instant, ça ne concerne pas tous les régimes; pour tous les patients qui n'ont pas fini l'année sous votre houlette de médecin traitant, pas de paiement (les changements de médecin traitant fréquents enrichissent madame Lacaisse) ; les EHPAD qui payent directement les médecins chipotent pour payer le MPA : ne vous laissez pas faire et facturez le. Il y a aussi eu un peu d'agitation car en principe c'est aux complémentaires de payer ces sommes. Mais à madame Lacaisse, pas aux médecins contrairement à la proposition d'un document de travail posant une hypothèse qui est allée directement à la poubelle. Ça a permis à la CSMF de se faire mousser à défendre les forfaits qu'elle critique pourtant à toutes les occasions, forfaits que personne ne remet en cause.

ARNAQUE DU SIÈCLE A propos de forfaits, n'oublions pas l'entourloupe majeure : le forfait médecin référent était un forfait payé à tout patient dont le médecin généraliste était le médecin référent, ancêtre du médecin traitant. Valeur 45,73 € il y a plus de 10 ans ! Il a été remplacé en 2005, à l'initiative de la CSMF et avec le silence complice de MG-France par le forfait RMT de 40 € (le fameux forfait ALD) qui n'a pas bougé depuis 8 ans. Ils ont réussi l'exploit de passer de la majorité des patients aux seuls ALD en baissant en plus le montant. Et maintenant on se gargarise avec le retour d'un forfait à 5 € par patient pour son médecin traitant hors ALD. Il ne faut pas s'étonner dans ces conditions que la FMF traite de temps en temps d'autres syndicats de vendus et qu'il n'y a pas de risque que la presse puisse écrire comme pour les allemands que leurs représentants sont traditionnellement très combatifs.

MÉDECINE MONTAGNE La FFME (Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade) propose un document intéressant sur les "Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste" issue d'un travail de thèse du Dr Gilles De Taffin. Le document reprend l'essentiel des pathologies et les précautions à prendre pour les séjours en altitude.

TABAC ET SUBSTITUTS Ca chauffe sur le sujet du tabac et de la cigarette électronique après une publication sur l'efficacité pas si extraordinaire de la cigarette électronique versus patch. Chacun y va de son commentaire. A lire pour enrichir sa réflexion le post de Jean-Yves Nau "Tabac : augmenter le prix réduit la consommation. Pas d’augmentation en octobre" en plus du précédent et un "Cigarette électronique : l’autre coup de Copernic". JD Flaysakier y va de son grain de sel "Cigarette électronique : qui trop s’embrase mal éteint", de même que Docteur du 16 "Quand la e-cigarette entraîne la désinformation". Il n'est pas inutile, concernant le sujet, de se reporter aux statistiques de l'OFDT avec par exemple le dernier tableau de bord du mois de juillet. Ce qui est sûr, c'est qu'on assiste à un combat de titans pour mettre la main sur les profits dans le domaine entre tous ceux qui veulent se réserver la manne que représentent les cigarettes électroniques (débitants de tabac et industrie du tabac d'un côté, pharmaciens de l'autre).

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE François Pesty met un pavé dans la mare en rappelant des études récentes qui montrent la non supériorité de l'association de Méthotrexate - Sulfasalazine - Hydroxychloroquine (Novatrex - Salazopyrine - Plaquenil) à celle de Méthotrexate + biothérapie. Avec pourtant une sacrée différence : le prix. 12 000 € de différence annuelle. Attention, il ne s'agit pas de dire que les biothérapies sont inutiles : dans un bon quart des cas, dans certaines études, si l'association Méthotrexate - Sulfasalazine - Hydroxychloroquine ne marche pas, la biothérapie va marcher. Mais à l'inverse, quand la biothérapie est innefficace, le passage à la triple association marche dans un quart des cas. Bref, ça vaut le coup de se plonger dans les 25 pages bien documentées sur le site Puppem ou directement en pdf : "Pour 12.000 euros de plus par patient et par an dans la polyarthrite rhumatoïde..."

BOUQUIN ORTHOPTIE Si l'orthoptie dépasse chez vous le seul envoi à l'ophtalmo du moindre problème et de temps en temps une rédaction d'ordonnance à la demande du patient et que vous avez envie de lire un livre de bonne qualité sur le sujet, le "Guide de l'Orthoptie" de Marie-France Clenet et Christiane Hervault est pour vous.

LE COIN DU CARABIN Même si le WC turc est plus efficace pour l'exonération, le siège est quand même plus confortable pour lire UG Zapping.

Et dans la même veine, en plus poétique, découvrez "Libère le Kraken"

L'ARS de l'Essonne, mais ce n'est sûrement pas la seule, annonce la fin du plan canicule tout en rappelant qu'il n'y en pas eu tout en vous invitant à faire des retours. A moins, il a été efficace !

Surpris sur le net, une collision cocasse entre publicité et sujet. Mais c'est un site de Côte d'Ivoire, chez nous, ça ne serait pas possible !

Elle n'est pas très nouvelle, mais toujours bonne à rappeler : Qu'est-ce qu'un micro-ordinateur ?

L'informaticien : un micro-ordinateur est de sexe féminin pour les 5 raisons ci-dessous L'informaticienne : un micro-ordinateur est de sexe masculin pour les 5 raisons ci-dessous
A l'exception de son concepteur, personne ne comprend sa logique interne Pour capter son attention, il faut d'abord l'allumer
Avant de faire impression, il doit être aperçu Il contient plein d'informations mais il est sans imagination
Les menus qu'il affiche sont copieux mais beaucoup d'options sont indisponibles Il est incapable de vider la poubelle sans injonction de votre part
La moindre erreur est stockée en mémoire pour être ressortie au moment le plus inopportun Il est supposé vous aider, mais la plupart du temps c'est lui qui constitue le problème
Vous découvrez vite qu'il coûte un budget énorme en accessoires et en maintenance Vous réalisez vite que si vous aviez attendu plus longtemps avant de l'acquérir, vous auriez eu un modèle plus performant

Dr Claude BRONNER
06 07 88 18 74
dr.cbronner@wanadoo.fr
.

 

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale