×
Accueil > UG Zapping > UG Zapping n° 95
 

UG Zapping


par Claude Bronner

UG Zapping n° 95

Publié le : 8 octobre 2014
Espace Généraliste

08 OCTOBRE 2014....N°95
ACTION COMMUNE ?


ACTION
30 SEPTEMBRE La journée du 30 septembre a été un succès. Pratiquement toutes les pharmacies étaient fermées, de nombreux cabinets médicaux avaient baissé les volets et les manifestations ont rassemblé du monde. Malheureusement, pour la suite, car il y aura suite immanquablement, chaque syndicat part sur ses propres mots d'ordre alors que seule une action commune serait susceptible de confirmer le succès du 30. La faute à la pente naturelle et aux élections professionnelles à la fois lointaines et proches. MG France vient ainsi de décider tout seul d'une journée d'action le 6 janvier, la CSMF multiplie les mots d'ordres sans aucune concertation comme celui de boycotter le Cerfa pour le Crestor (voir plus loin). Bref, si vous voulez apporter une toute petite pierre à la défense syndicale, envoyez un message à tous les syndicats par le lien suivant : Pétition pour une action syndicale commune. Merci à ceux qui ont déjà répondu. Vous pouvez lire leurs commentaires.

ACCORD PRÉALABLE La colère des médecins ne va pas retomber car la nouveauté est de taille : Madame Lacaisse, toute seule, sans concerter personne, ni les médecins, ni les labos, a décidé de rendre obligatoire l'accord préalable pour des médicaments courants afin de faire des économies. Les textes sont au JO pour la rosuvastatine et l'ézétibimide. Par exemple, pour la rosuvastatine (Crestor®), dans l'indication "Prévention des événements cardiovasculaires majeurs chez les patients estimés à haut risque de faire un premier événement cardiovasculaire", c'est le 20 mg qui a été testé dans les études et il vaut 32,56 € les 30 comprimés. Pour la Pravastatine, elle a été testée à 40 mg et coûte 13,26 € les 28 comprimés. On comprend les soucis de madame Lacaisse. Il est même certain qu'il n'est pas très déontologique de la part des médecins de prescrire la rosuvastatine s'il n'y a pas de motif sérieux. Mais qui fixe indications et prix ?

CRESTOR EN PRATIQUE Les explications de Madame Lacaisse sont résumées dans un diaporama et ils nous ont fait un magnifique formulaire cerfa "Demande d'accord préalable médicaments hypocholestérolémiant". Pas de fatigue pour les médecins conseil : la non réponse au bout de 15 jours vaut accord. On peut parier que la géniale formule qui doit démarrer le 1er novembre va connaître un coup d'arrêt juridique : on peut en effet comprendre que Madame Lacaisse ne veille pas rembourser sur 35 € ce qui peut être fait avec 15 €. Mais si le médecin insiste et prescrit quand même en NR (non remboursable), ce n'est pas 15 de remboursement, mais 0. Vous avez dit "anomalie" ? Anomalie car même si le Crestor n'a pas d'avantage démontré par rapport aux autres statines, il n'est pas moins efficace et c'est le remboursement qui devrait être le même et non les emmerdements pour les prescripteurs, pharmaciens et patients. En effet, le médecin fait la demande, le patient reçoit la réponse et c'est le pharmacien qui fait le tiers payant ! Un beau foutoir en vue.

ACTUALITÉ ACCESSIBILITÉ Comme nous le répétons depuis plusieurs UG Zappings, le foutoir de l'accessibilité ne pouvait qu'amener au report de la date couperet du 1er janvier 2014. Notre position se résumait ainsi : quand on construit, il faut construire bien; quand on installe à neuf dans un bâtiment ancien, il faut mettre aux normes; quand on veut revendre un cabinet il faut mettre aux normes; quand on est dans un cabinet ancien difficile à mettre aux normes et qu’on n’a pas envie d’investir, il est urgent d’attendre sereinement. On vient de passer du 1er janvier au 27 septembre 2015, date à laquelle, si vous n'avez pu attester (sur l'honneur) de votre conformité, il faudra mettre en place "L'agenda d'accessibilité programmée" (Ad'AP), un magnifique concept de communication. Une ordonnance détaille le machin et un rapport explique l'usine à gaz. Bref, vous avez un an pour souffler et envisager la suite. Pour avoir une idée des solutions techniques et des investissements, jetez par exemple un coup d'oeil sur ces différentes modalités pour effacer des marches.

GÉNÉRIQUES POUR LES NULS La Cour des Comptes accuse les médecins libéraux d'être responsables du maigre résultat concernant les génériques en France et propose naturellement de sanctionner ces délinquants ....Se plonger dans le rapport comptes et produits de la CNAMTS organisme permet de constater que la France est bonne dernière en pourcentage de médicaments dans le répertoire des génériques : 30% en France contre 58% en Allemagne et plus de 60% aux Pays Bas. Les médecins et les pharmaciens qui substituent largement arrivent à près de 80% de génériques mais 80% sur le total de 30% des médicaments généricables ...Qui est responsable des 30% ? Ni les médecins, ni les pharmaciens, mais bel et bien l'Etat. Si la France appliquait la règle allemande de faire payer la différence au patient qui exige l'original et de rembourser intégralement le patient qui accepte le générique le moins cher, la performance pourrait s'améliorer nettement . Mais le gouvernement français a choisi de mettre la pression sur les professionnels de santé , les médecins avec cette fameuse règle du non substituable manuscrit, et les pharmaciens avec le blocage du leur remboursement en cas de non application du tiers payant contre générique. Le gouvernement applique à la lettre le principe shadok de taper sur les mêmes pour faire le moins de mécontents possibles et ne fait aucune économie puisqu'après avoir compliqué la vie du médecin et du pharmacien il finit par rembourser le patient au prix fort de l'original .

VIREZ LES CADRES Les licenciements lors des plans sociaux se font en premier sur les personnels techniques, puis sur les personnels médicaux, rarement sur l'encadrement, jamais sur la direction. Sans parler des ARS qui recrutent. Un graphique illustre le phénomène à la perfection. Il est américain, mais nul doute qu'il traduit aussi une situation française et il illustre le différentiel de courbe de croissance entre cadres hospitaliers et médecins. Commentaire d'un médecin en parlant de l'hôpital d'une ville de 18 000 habitants : "environ 1500 employés, 500 techniques, 900 médicaux et le reste en administratifs dont 1 directeur et 5 sous directeurs (oui 5 !). Plan de licenciement car 2 millions € de déficit. 140 emplois supprimés : 80 médicaux, essentiellement des infirmières en contrats à durée déterminée, et 60 en personnels techniques. Pas un cadre viré, et bien sûr on garde tous les directeurs !

ENMR EN LIVE En Île de France, le compte-rendu d'une réunion de comité de pilotage concernant une ENMR (Expérimentation de Nouveaux Modes de Rémunération), pour lesquelles se déroule actuellement une mini-négocition avec madame Lacaisse afin de les pérenniser en 2015, fait découvrir une réunion à 32 participants. On y lit que 17 infirmières ont été proposées pour toute l'Île de France (dont 9 en Centres de Santé) pour des protocoles "Asalée". Mais c'est encore trop : "ce nombre sera revu à la baisse". 17 infirmières pour 12 millions d'habitants, c'est trop ! Il est vrai que cela coûte avant le moindre travail effectif : 20 jours de formation et une réunionite aigüe. Les protocoles mis en place en 2013 ne sont toujours pas payés. Heureusement que les médecins de terrain n'attendent pas ces dispositifs protocolisés pour apporter les soins de proximité et de qualité dont la population a besoin.

Cet UG Zapping est rédigé par le docteur Claude Bronner, président d'Union Généraliste et vice-président de la FMF. Il est envoyé à tous les médecins et à d'autres partenaires dont nous avons l'adresse de courriel. Notre annuaire est déclaré à la CNIL. Le site d'Union Généraliste est actif sur http://www.uniongeneraliste.org/. La FMF est accessible ici : http://www.fmfpro.org/ Si vous ne souhaitez plus recevoir le Zapping, cliquez DESINSCRIPTION. Il arrive qu'une désinscription ne soit pas enregistrée, il arrive aussi qu'une adresse supprimée soit réintroduite parce que nous la récupérons à nouveau. Tout cela va être automatisé et mieux géré, mais soyez certains que ce n'est jamais par malice que vous êtes agressés par un Zapping non souhaité !

GRIPPES ET ALERTES Fin de la surveillance grippale par le GROG. L'INVS continue bien sûr après cette victoire sur son concurrent. Du coup disparait la caractéristique principale des Grog : les prélèvements réguliers qui permettaient le recueil d'une manne d'informations sur les pathologies hivernales que le zapping relayait avec plaisir et c'est bien dommage. Ebola continue sa progression. Voir le site officiel français. La définition des cas est simple : fièvre à plus de 38° chez un patient ayant voyagé dans une zone à risque. Au 2 octobre 2014, ces pays, rappelés par l'INVS sont : Sierra Leone, Guinée Conakry, Libéria et Nigéria et République démocratique du Congo (« Congo-Kinshasa ») : province de l’Equateur (Nord-Ouest du pays).

CHORUS RÉQUISITIONS Si vous répondez à des réquisitions de justice, le plus pratique pour être payé plus rapidement est de passer par le service Chorus (https://chorus-portail-pro.finances.gouv.fr/chorus_portail_pro/). Il faut y ouvrir son compte. Munissez vous de votre numéro de Siret et mettez une image scanner de RIB sur votre ordinateur en format acceptable (jpeg ou pdf par exemple). Après confirmation et mot de passe à créer (au moins 10 lettres et chiffres et majuscule) après réception d'un mail, vous êtes opérationnel et accédez à votre page perso. Scannez la réquisition du gendarme pour la mettre en pièce jointe et créez votre facture comme sur cette interface chorus réquisition.

CURE ET ARRÊT DE TRAVAIL Le patient part en cure et vous demande un arrêt de travail. Il est inutile car c'est le formulaire de cure qui fait office d'arrêt de travail (mais le paiement des indemnités journalières est lié à un plafond de ressources : 37 448 € pour une personne seule par exemple). On peut lire Ameli à ce sujet : "Effectuer une cure thermale". Mais comme la réglementation française ne saurait rester simple, vous noterez que dans la fonction publique il n'y a pas d'arrêt de travail pour cure et il faut prendre des congés. En pratique c'est donc finalement vite réglé : jamais d'arrêt de travail pour cure thermale.

ARRÊT TRAVAIL ANTICIPÉ Votre patient vous annonce qu'il lui faut 2 jours d'arrêt de travail dans une semaine parce qu'il a un examen médical programmé qui nécessite 2 jours sans aller au travail. Vous êtes bon prince et économe des deniers de madame Lacaisse et rédigez l'arrêt à la date du jour en précisant bien que c'est pour 8 jours plus tard et pourquoi. Erreur ! L'arrêt de travail démarre en principe le jour de sa prescription et la loi ne prévoit pas d'exceptions. Prescrire un arrêt en post-datant est formellement interdit car c'est un faux. Vous faites donc revenir votre patient à la bonne date. Si vous ne vous faites pas payer l'acte, vous êtes bien couillon. Votre correspondant qui réalise l'examen qui nécessite deux jours d'arrêt est en général habilité à prescrire l'arrêt : c'est finalement la meilleure solution, mais vu la tendance au bâton de madame Lacaisse, chacun se refile la patate chaude.

FAUSSE DECLARATION Les médecins sont souvent confrontés à des patients qui devant la difficulté d'une obtention de prêt en cas de maladie cherchent à contourner et sont prêts à faire une fausse déclaration par omission. Attention ! Car s'il est évidemment logique que l'assureur ne paye pas lorsqu'une pathologie a été omise est qu'elle est la cause du sinistre, on a plus de mal à comprendre lorsque l'assureur prétend ne pas payer lorsque l'antécédent (souvent totalement guéri) aurait dû être déclaré selon le questionnaire et a été "oublié". Pourtant, c'est bien la loi qui favorise l'assureur dans le code de l'assurance puisqu'elle écrit "le contrat d'assurance est nul en cas de réticence ou de fausse déclaration intentionnelle de la part de l'assuré, quand cette réticence ou cette fausse déclaration change l'objet du risque ou en diminue l'opinion pour l'assureur, alors même que le risque omis ou dénaturé par l'assuré a été sans influence sur le sinistre". On pourra toujours chipoter sur l'"intention". Mais pas de risque que l'opinion de l'assureur ne soit pas "diminuée". Soyez donc de bon conseil.

STATINES ET DIABÈTE La nouvelle n'est pas neuve, mais à l'heure où madame Lacaisse met en place sa demande d'entente préalable pour la prescription de Crestor®, il est utile de rappeler la thèse de Frédérik Stambach mentionnée par l'Express qui a étudié la pénétration de l'information d'une possible augmentation de diabètes avec les statines : « L’effet diabétogène des statines : Premières notifications et revue de la littérature ». Cet effet documenté et connu pour toutes les statines a un peu de mal à passer en France. La thèse soulignait la déficience de la moitié des RCP de médicaments qui ne mentionnaient pas cet effet secondaire. Ça ne s'est pas trop arrangé. Il faut dire que tout ça fait mauvais genre quand l'indication et la mise en ROSP est justement le diabétique et cela a donné la mention suivante quand elle existe : "Chez certains patients à risque élevé de survenue d'un diabète, les statines peuvent entraîner une hyperglycémie nécessitant l'instauration d'un traitement antidiabétique. Ce risque est néanmoins compensé par la réduction du risque vasculaire sous statines et par conséquent il ne doit pas être un motif d'arrêt des statines". Et tant qu'à faire, rappelons une mise au point du CNGE sur l'hémoglobine glycquée comme marqueur de suivi à nuancer dans les recommandations.

RAS LE BOL de cette administration (Madame Lacaisse) qui non seulement commet des erreurs, ce qui peut arriver à tout le monde, mais en profite pour envoyer des courriers par traitement automatiques débiles, ce qui est nettement moins acceptable et surtout sans s'excuser de l'erreur commise. Exemple dans le post , en bonne place dans le bêtisier, écrit par Marcel Garrigou-Grandchamp qui s'est vu réclamer le remboursement d'une double facturation de forfait avec laquelle il n'a rien à voir comme s'il était le dernier des délinquants.

PEUT MIEUX FAIRE On parle de madame Lacaisse dont un courrier reçu par un médecin laisse pantois : madame Lacaisse n'ayant pas trouvé un bénéficiaire suggère au médecin de consulter ses propres bases pour retrouver le patient. La formulation est exactement celle-ci : 'Veuillez revoir votre facture - Le bénéficiaire n'est pas connu dans notre fichier. Veuillez revoir votre facture. Je vous invite à consulter Espace Pro pour retrouver ses données administratives" !

COLLOQUE CANNABIS Le 22 octobre aura lieu à la faculté de médecine de Strasbourg un colloque (le 3 ème ) sur le cannabis médical "Avancées Pharmacologiques et Utilisations Thérapeutiques des Cannabinoïdes". Toutes les informations et le programme sont sur le lien.

LE LIVRE DU MOIS Octobre est rose, cela va de soi. On peut en profiter pour découvrir le nouveau livre de Rachel Campergue : "Octobre Rose mot à maux: Pour une réelle liberté de choix". Il vous plonge dans le détail des discours sur le dépistage et leur perversion, sous la plume des communicants.

BONS BLOGS Pour ceux qui aiment le gore, il y a de quoi faire avec "Boules de fourrure", un vêlage de haut vol décrit par un vétérinaire bloggeur qui gagne à être connu. Veau mort, putréfaction, odeurs épouvantables...Que faire quand une femme enceinte prend une décharge électrique ? Sujet traité avec une bonne plume par Dix Lunes, sage femme bloggeuse dans "Court circuit". Ne manquez pas les commentaires de femmes ayant subi une mésaventure de cet ordre. Une jolie histoire de douleur d'enfant par Alors Voilà : "Les enfants, les tribus et les grenouilles". Long, mais très didactique et tellement proche de la réalité, Armance nous raconte "L'infection urinaire dont vous êtes l'héroïne". Et Luc Perino nous fait un "Tournevis magique" sympathique dans lequel d'aucuns se reconnaîtront.

LE COIN DU CARABIN Un petit piaf "fin du monde" et un autre parfaitement de mauvaise foi "les 4 miracles de la femme" et tant qu'à faire un dernier du même style.

" J'ai la maladie du colon inflammable " a dit le patient. Commentaire du médecin : malgré ses misères, elle pète le feu ...

Connaissez-vous l'histoire de l'homme à 5 bites ? Son slip lui va comme un gant !

Tout le monde sait que ce sont les cigognes qui apportent les bébés : n'hésitez pas à découvrir les détails dans cet extrait de sketch entre une petite fille et un accoucheur. L'ETP, c'est un vrai boulot !

Un jour de 1969, un jeune couple se rend à la foire du village. En se promenant, les amoureux s'arrêtent devant une baraque. Sur l'affiche est écrit : DEVANT VOS YEUX ÉBAHIS MONSIEUR GUY ÉCRASE UNE NOISETTE AVEC SON SEXE ! ENTREE : 2 FRANCS.  Ils payent et entrent. Tous les spectateurs crient : GUY,GUY,GUY,... » Après 10 minutes, Guy arrive. Une assistante pose une noisette sur une table. Monsieur Guy sort son sexe, et BAMM ! Il explose la noisette en mille miettes.  Applaudissements.  En 2009, le même couple se rend à nouveau à la foire du même village. Même baraque, texte un peu différent : DEVANT VOS YEUX ÉBAHIS MONSIEUR GUY ECRASE UNE NOIX DE COCO AVEC SON SEXE ! ENTREE : 2 EUROS. Ils se disent : « C'est pas possible, après 40 ans, çà ne doit pas être le même, il est trop vieux. Tant pis, on va voir » Même scénario : après 10 minutes, Guy arrive. L'assistante pose une noix de coco sur la table. Monsieur Guy sort son sexe, et BAMM ! Il explose la noix de coco en dix mille miettes. Enthousiasme du public. Le couple, curieux, va voir Monsieur Guy dans sa roulotte.  « Bonjour Monsieur Guy, c'est formidable ce que vous faites, il y a 40 ans une noisette, et maintenant une noix de coco. Vous êtes devenu beaucoup plus fort ? » « Oh non, Maintenant je suis obligé d'utiliser une noix de coco, ... parce que ma vue baisse ».  

Dr Claude BRONNER
06 07 88 18 74
dr.cbronner@wanadoo.fr
.

 

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale