×
Accueil > UG Zapping > UG Zapping N°137
 

UG Zapping


par Claude Bronner

UG Zapping N°137

Publié le : 2 décembre 2018

DAM_preservatifs_Van_AderrVous avez envie de savoir quelle est la part du gâteau de votre profession dans les dépenses de santé ? Consultez le camembert de la CSBM 2017 (Consommation de soins et de biens médicaux) issu des Comptes de la Santé pour 2017. Sur un total de 200 milliards, les encaissements (donc les recettes, pas les bénéfices !) des libéraux sont de 9 milliards pour les généralistes, 12 milliards pour les spécialistes, 11 pour les dentistes ! Pour les généralistes, on est à 270 millions de C et V qui représentent environ 7 milliards sur les 9 du total. Le reste étant un chouia de CCAM et les forfaits. Pour les spécialistes, c’est évidemment plus complexe avec environ 3,5 milliards répartis sur les CS, VS et APC. Les spécialistes ont réalisé en 2017 quelques 54 millions de CS et VS, 17 million de C2 ou APC. Il y a 1,7 million de consultations cardiologiques (mais quand le cardiologue facture une écho, elle n’est pas comptée dans ce nombre) et 13,5 millions de consultations psychiatriques. Pour 2017, il est malheureusement très difficile d’avoir des chiffres cohérents de l’impact de la nouvelle convention en raison des revalorisations et nouveaux actes étagés sur toute l’année.

ARRÊTS DE TRAVAIL une commission qui travaille

Ils sont 3 dans la commission et ont travaillé d’arrache pied avec une membre de l’Igas (Carole Lépine) : Stephane Oustric, professeur de médecine générale à Toulouse et membre du CNOM ; Jean-Luc Bérard, DRH du groupe Safran ; Stéphane Seiller, conseiller maître à la Cour des comptes et ancien directeur général du RSI. Le résultat se retrouve dans un diaporama des plus intéressant et le travail continue. Comme le diaporama est confidentiel, le Zapping vous livre les constats indiscutables sans les propositions qui attendront encore un peu. Mais ça bouge dans le bon sens. A suivre.

TÉLÉMÉDECINE c’est parti doucettement...

La Télémédecine démarre cahin-caha et il n’est pas inutile de rappeler quelques règles avec la Télémédecine pour les Nuls. Les premières propositions d’organisations territoriales atterrissent dans les commissions conventionnelles et sont étudiées à la virgule près. Vu la rapidité légendaire et une fois de plus confirmée des logiciels à faciliter la facturation des nouveaux actes, il vaut mieux faire des feuilles de soins papier pour les TCG et les TC, ce qui est évidemment un comble pour un acte de télémédecine ! A noter que Madame Lacaisse se distingue aussi puisqu’elle autorise logiquement à pratiquer des FSE dégradées sans feuille de soins papier associée, mais est incapable d’empêcher ses logiciels d’envoyer des réclamations pour lesdites FSP. Dans ce cas, mettre le courrier directement à la corbeille.

AGENDAS EN LIGNE un sujet chaud, chaud, chaud...

Doctolib est un bon service technique. Mais c’est un service cher et il laisse à désirer sur plusieurs points concernant la confidentialité des données. Il a clairement une volonté de mainmise sur l’organisation des soins médicaux. C’est pourquoi de nombreux médecins s’interrogent. Les instances professionnelles ont enfin décidé de prendre leurs responsabilités. Il y a notamment une volonté forte du côté des URPS de médecins libéraux de proposer un service à la main des professionnels de santé. Il est probable que c’est pour les premiers mois de l’année 2019. Même si par ailleurs certains syndicats ou URPS font la promotion de Doctolib sans réfléchir, sans parler de nos dirigeants en prise avec les Gilets Jaunes qui ne jurent que par le modernisme StartUpesque !

ÉVALUATION Plus belle l’évaluation avec un gâteau ?

Intéressante, cette étude présentée par PerrUche en Automne sous le titre "Plus belle l’évaluation avec un gâteau ?" Une chouette étude allemande qui montre que le fait pour l’enseignant d’apporter des cookies à un cours améliore l’évaluation finale de 6,3%. C’est à la fois peu et beaucoup et en tout cas un message pour les enseignants à fort égo prêts à tout pour gratter des like !

BUPRÉNORPHINE A 24 mg quotidien maximum et Buprénorphine à absorption rapide

La fiche RCP de la Buprénorphine a été modifiée le 03/08/18. La Buprénorphine peut désormais être prescrite jusqu’à 24 mg/ jour. Cela ne règle pas le problème de la biodisponibilité de ce médicament. S’il n’est pas maintenu correctement par le patient 10 minutes sous la langue plus quelques minutes encore sans avaler, elle peut être nettement trop basse et nécessiter (croit-on) des augmentations de posologies. Avant d’augmenter la posologie, vérifier que les conseils de prise soient respectés. Vient de sortir également l’Orobupré 2 et 8 mg à dissolution quasi immédiate à mettre SUR la langue. A tester. Prix des différentes formes de 8mg par boite de 7 : Subutex (14,92 €) ; Buprénorphine (13,21 €) ; Orobupré (12,87 €). Et la Buprénorphine est hors règles de substitution.

SE SOIGNER SOI-MEME oui, mais sans facturer à la Madame Lacaisse

Un mail de la Caisse de Marseille rappelle que la jurisprudence interdit à un médecin de se faire payer un acte qu’il assure sur lui-même. Ils ont poussé le vice jusqu’à écrire que le médecin ne peut se faire rembourser un acte réalisé sur lui-même par le remplaçant. Mais si votre remplaçant vous fait une suture, vous avez exceptionnellement le droit de faire rembourser les compresses, l’anesthésiant et l’antiseptique qui font habituellement partie de l’acte !

ET BACLOVILLE ? On attend toujours la publication !

L’étude française qui a montré sans conteste l’intérêt du Baclofène est toujours en attente de publication, même si les résultats ont été largement diffusés. On peut les consulter sur ce diaporama Bacloville présenté au congrès de psychiatrie de Berlin en octobre 2017 et également dans une publication de 11 pages rédigée par Philippe Jaury pour le bulletin de l’Académie de Médecine intitulé : Le Baclofène est-il efficace dans le traitement de l’alcoolisme ? L’étude Bacloville.

HYGIÈNE DANS LES CABINETS Un mémoire de pharmacienne

Fanny Taesch était étudiante en pharmacie. Elle est maintenant pharmacienne avec l’aide de nombreux lecteurs d’UG-Zapping puisqu’elle a réalisé un Mémoire de diplôme d’Etat de pharmacie grâce aux 2726 réponses à son questionnaire qui concernait l’hygiène au cabinet médical. Elle vous remercie et les résultats sont résumés sur un chouette poster "Poster Hygiène des mains" et le mémoire peut se lire aussi : "Enquête auprès des cabinets libéraux : qu’en est-il de l’hygiène chez les médecins de ville ? ". Pas de soucis, on est plutôt propres !

SERINGUES ET BULLE D’AIR purger ou pas purger ?

Les modes d’emploi des injectables sont souvent laconiques et les conseils rares (voir ici Infovac). En ce qui concerne les héparines injectables, il est précisé qu’il ne faut pas purger la seringue de sa bulle d’air pour ne pas perdre de substance. Pour les vaccins, il est simplement précisé qu’il faut les injecter à température ambiante. Dans les injectables “prêts à l’emploi” la bulle d’air permet toujours de doser au mieux ce qu’on injecte au patient, sans rien laisser dans l’aiguille et la seringue. Quand on veut ne laisser que la dose nécessaire dans la seringue, il vaut mieux retirer l’excédent en maintenant l’aiguille vers le bas, afin de ne pas purger l’air en même temps et bien-sûr faire l’injection bulle en haut sans pratiquer de reflux.

LE COIN DU CARABIN

Incroyable, mais vrai : le co-fondateur de Majorelle, le laboratoire qui commercialise les préservatifs Eden qui seront remboursés après le 10 décembre s’appelle Guillaume El Glaoui ! On peut apprécier la communication avec des logos à la pelle dont celui de la FMF et en même temps les échanges à propos de ces préservatifs recopiés sur le forum !

Non substituable, une proposition ceinture et bretelles du Zapping au gouvernement (récupérée sur un forum) pour régler définitivement le problème : on devrait leur proposer une taxe supplémentaire à partager entre le patient et le médecin et 5 coups de fouets pour chacun par ligne de non substituable !

Le médecin examine un patient avec un testicule gauche chaud, gros et sensible. Il décide de l’envoyer chez son ami urologue et donne le téléphone de celui-ci à son patient. Mais il se trompe et lui donne le numéro de son avocat. Le patient prend rendez-vous et part voir le soi-disant spécialiste. L’avocat lui demande : - En quoi puis-je vous être utile, Monsieur ... ? Illico le patient baisse son pantalon et lui montre son testicule : - Je viens de la part de mon médecin traitant et comme vous pouvez le constater, docteur, j’ai le testicule gauche enflammé. L’avocat le regarde hébété. Après un silence il lui dit - Cher monsieur, excusez-moi, mais ma spécialité, c’est le Droit ...!,- Ça alors, c’est vraiment devenu un pays de cons, maintenant il y a un spécialiste pour chaque couille !

 

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale