×
Accueil > UG Zapping > UG Zapping n° 140
 

UG Zapping


par Claude Bronner

UG Zapping n° 140

Publié le : 10 février 2019

NÉGOCIATIONS : ÇA TANGUE

Les négociations sur les assistants médicaux ont connu une séance salutaire le jeudi 7 février : le diaporama de base d’échanges de Madame Lacaisse, pur objet technocratique et que selon l’adage "on ne tire pas sur une ambulance" ne vous seras pas mis en lien (!), a amené les syndicats, tous les syndicats, à déclarer qu’on ne pouvait continuer comme ça et à suspendre la négociation. Mais ils ont aussi décidé de se réunir pour élaborer leurs propositions pour la prochaine séance. On serre un peu les fesses devant le challenge ! Dans la foulée, sur les ondes, les patients ont découvert que le seul moyen trouvé par nos décideurs pour augmenter la disponibilité des médecins et leur permettre de répondre à la demande est de réduire le temps de consultation par divers artifices. La perspective décoiffe...

En attendant, des nouveautés négociées dans l’Avenant 6 à la Convention en juillet 2018, impliquant de nouveaux actes, s’appliquent le 10 février 2019 (6 mois après la publication au JO). C’est le moment, pour les généralistes de penser à élargir la VL et à explorer la CSE et la CTE dans l’autisme. La CSE concerne aussi les pédiatres et psychiatres et la CTE les pédiatres. Et il y a le RNO de l’ophtalmologue. Quant aux médecins correspondants, spécialistes, mais aussi généralistes, c’est le moment de découvrir la téléexpertise avec les TE 1 et TE 2. Tout est à retrouver dans la nomenclature FMF complète en 13 pages et le principal pour les généralistes dans le 2 pages FMF du Médecin Généraliste. Détails ci-dessous.

MODFICATIONS DE LA NGAP A explorer

Les généralistes se contentent souvent des G, COE et MEG. C’est certes la majorité des actes, mais d’autres possibilités existent et méritent qu’on y pense. La nouvelle version de la NGAP au 10 février 2019 ( le plus simple est de télécharger la NGAP_a_jour) comporte des mises à jour et nouveautés à retrouver en surligné dans cet extrait NGAP nouveautés au 10 février 2019. Il faut prendre quelques minutes pour le lire ou au moins découvrir les détails ci-dessous et télécharger le 2 pages FMF du Médecin Généraliste au minimum, voire la nomenclature FMF complète en 13 pages.

TELÉEXPERTISE NIVEAU 1 avec le TE1 à 12 euros (Texte NGAP définissant les téléexpertises)

Verre à moitié vide : le mot "expertise" associé à une rémunération de 12 ou 20 € énerve de nombreux médecins qui disent que c’est brader l’expertise. Verre à moitié plein : ça peut aller très vite avec un peu d’organisation et rémunérer des coups de fil actuellement non payés. Le TE1, avis pour un patient (attention, obligatoirement ALD, zone sous dense, EHPAD ou détenu) que le correspondant ne connait pas nécessairement, consiste à poser une question par mail sécurisé pour le requérant et pour le correspondant à répondre, toujours par mail sécurisé. Le téléexpert envoie une FSP ou une FSE dégradée avec un acte codé TE1 à 12 € à Madame Lacaisse, et note le nom du requérant. Le requérant est crédité de 5 euros par demande avec un maximum annuel de 500 € payés par Madame Lacaisse. La téléexpertise de niveau 1 ne saurait dépasser 4 échanges par an et par patient.

TELÉEXPERTISE NIVEAU 2 avec le TE2 à 20 euros (Texte Convention définissant le contenu des niveaux de Téléexpertise)

Le TE2 s’applique aux mêmes patients et rémunère 20 € des situations plus complexes (voir exemples indicatifs dans l’avenant 6) avec toujours l’échange par mail sécurisé. Cette fois, le correspondant doit connaitre le patient et le nombre est limité à 2 par an et par patient. Le requérant est rémunéré 10 €, mais toujours dans la limite de 500 € par an et en cumulant les 5 € des TE1 et les 10 des TE 2.

APICRYPT V2 DISPONIBLE communiquer par messagerie sécurisée devient facile

Apicrypt a tenu ses engagements et propose à partir du 15 février sa version V2 qui validera le forfait structure 2018 (payé en 2019) pour la messagerie et permet d’écrire à un médecin présent sur l’Espace de Confiance, qu’il soit sur Apicrypt ou non. V1 et V2 continuent de fonctionner simultanément et le tarif ne change pas. L’annuaire est adapté et permet de trouver tout médecin présent sur Apicrypt ou Mailiz. Entre apicrypteurs, l’adresse "prenom.nom@medicalDD.apicrypt.org" (DD = N° département) reste de mise. En dehors, il faut écrire à "prenom.nom@interop-mssante.apicrypt.org". Tout ça tombe bien et va sacrément faciliter les échanges de téléexpertise. Attention aux pièces jointes, ne dépassez pas le Mo.

LE VL S’ÉLARGIT aux soins palliatifs et aux nouveaux patients ALD

Nombreux sont ceux qui ne pratiquent pas ou pas assez la VL. La VL (Visite Longue) est réservée au médecin traitant et comme son nom l’indique à la Visite. L’état du patient est défini par l’ALD. Elle vaut 60 € auxquels on rajoute la MD et les km, donc au moins 70 €. Pour les patients neurologiques graves, c’est 3 VL par an (le rythme n’a pas d’importance, mais si on remonte d’une année à la date de la nouvelle VL, il ne faut pas plus de deux VL dans les 12 mois précédents. Maintenant se rajoutent 3 VL maximum par an dans le cadre des soins palliatifs et UNE VL chez le patient en ALD qui doit être vu à domicile lorsque le nouveau médecin traitant le prend en charge. Le plus simple est de jeter un coup d’oeil aux deux petites pages de définition NGAP de la VL.

CTE et CSE acte complexe et acte très complexe dans l’autisme

Le dépistage et le suivi de l’autisme peuvent être côtés en acte très complexe à 60 € une fois pour le dépistage (CTE) et chaque année un acte complexe à 46 € pour le suivi (CSE). Le plus simple est de consulter les conditions et modalités sur cet extrait NGAP : CTE et CSE dans l’autisme.

TRAITER L’HYPERURICÉMIE ? Jamais si elle est asymptomatique

Perruche en Automne argumente le sujet. L’hyperuricémie n’est pas néphrotoxique et son traitement est inutile avec en plus un risque non nul de nuire au patient s’il n’est pas symptomatique (au moins 2 crises de goutte par an). Son post sur le sujet, très bien documenté comme toujours mérite le détour : "Pourquoi il est inutile de traiter une hyperuricémie asymptomatique".

SOUFFRANCE ET TRAVAIL un site remarquable

Le site s’appelle "Souffrance et Travail" et propose conseils et liens utiles au généraliste. Il mérite un coup d’oeil et peut servir ensuite de référence.

BRONCHIOLITES EN ALTITUDE conseils aux parents des tout petits

Le Dr Dominique JEAN, pédiatre au CHU de Grenoble, demande d’alerter les médecins traitants afin qu’ils déconseillent aux parents de jeunes enfants de les amener en vacances de neige en altitude quand ils sont atteints de bronchiolite : la montée en altitude n’est pas neutre, en particulier dans ces situations et les cas sont trop nombreux d’enfants qui nécessitent une hospitalisation en urgence. En général, le simple retour à basse altitude les améliore, mais ce sont des situations compliquées pour les familles qui ont réservé une semaine de ski et c’est dommage pour les enfants malades et l’encombrement des lits d’hôpitaux. Elle a rédigé un article ("Les enfants en altitude, quelles limites ?") et propose un chouette diaporama sur ce sujet et plus généralement "Les Enfants et la Montagne".

THÈSE HONORAIRES augmenter les forfaits : la moitié est d’accord !

Merci à tous ceux et celles qui ont répondu au questionnaire sur la structure des honoraires envoyé en mai 2018. Il a permis au Dr Alexandre Dehestru de réaliser une thèse intitulée "Intérêt pour la rémunération forfaitaire et son évolution : enquête quantitative auprès de 816 médecins généralistes libéraux français en 2018". Les constats sont assez simples : une immense majorité de médecins généralistes sont d’avis que leur rémunération est mal proportionnée au travail fourni, que ce soit à l’acte ou au forfait. La motié de ceux qui s’expriment sont d’accord avec une augmentation des forfaits, ce qui veut dire qu’une autre moitié y est opposée. Et il y a un accord très très majoritaire pour dire que le principal problème de toute réforme est le manque de confiance envers les pouvoirs publics ! Voici les résultats bruts du questionnaire et tous les commentaires des médecins.

LE COIN DU CARABIN

La caricature de Van Aderr résume bien la situation : nos dirigeants cherchent désespérément le moyen de remplacer les médecins (décidément pas assez compliants) en copiant l’administration et ses multiples strates hiérarchiques.

Au bout du processus, comme dans la fable du rameurs et des barreurs, il ne restera plus personne pour satisfaire à l’objectif même de l’affaire : le soin aux patients !

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale